Air France va réduire les vols domestiques de 40%

D’ici la fin de l’année prochaine, pour qu’un vol en France soit maintenu il faudra qu’il n’y ait pas d’alternative ferroviaire à moins de 2 heures 30 ou que ce vol alimente le hub de Roissy CDG.

- Publicité -

C’est la contrepartie de l’enveloppe de 7 milliards d’euros que l’Etat a accordé à la compagnie tricolore pour l’aider à faire face à la crise sanitaire et à ses conséquences. Le ministre de l’économie Bruno Le Maire avait alors insisté sur deux points précis : Air France devra « être plus rentable et plus respectueuse de l’environnement. »

Lors de l’assemblée générale de la compagnie française, ce mardi, son Pdg a annoncé que l’offre sur les vols nationaux sera réduite de 40% d’ici à 2021 avec la fermeture de plusieurs destinations. Benjamin Smith a précisé que «  le réseau domestique également va connaître une transformation accélérée. »

Déficitaire à hauteur de 200 millions d’euros, le réseau domestique aujourd’hui assuré par Air France et sa filiale HOP va effet faire l’objet d’une réduction de voilure drastique. Certaines lignes seront remplacées par la low-cost Transavia. Une baisse de l’offre qui s’accompagnera de suppressions de postes massives. Ben Smith a déjà prévenu que cette transformation aura « un impact social énorme.« 

Une telle contrainte va obliger Air France à ne plus vendre de billets entre Paris (Roissy ou Orly) et Rennes, Nantes, Bordeaux et Lyon. Seuls les passagers utilisant ces vols intérieurs pour se rendre ensuite ailleurs en Europe ou dans le reste du monde, y compris l’outremer, pourraient être acheminés depuis ces quatre villes vers l’aéroport où ils prendront leur correspondance.

Avec cette restructuration du réseau qui ira de pair avec le renouvellement de la flotte, Air France devrait être en mesure de respecter l’objectif fixé par le gouvernement de réduire de 50%, d’ici fin 2024, les émissions de CO2 de la compagnie.