Bruxelles ouvre une enquête sur le rachat d’Air Europa par IAG

La Commission européenne a ouvert une enquête approfondie à l’encontre de la maison-mère de British Airways et Iberia, craignant une réduction de la concurrence sur le marché espagnol.

La holding IAG (International Airlines Group) avait annoncé en novembre 2019 – information confirmée ensuite à de multiples reprises – le rachat du transporteur espagnol Air Europa à Globalia, premier groupe touristique de la péninsule ibérique. La Commission européenne a indiqué, dans un communiqué publié mardi soir, qu’elle allait regarder attentivement si « l’opération envisagée est susceptible de nuire à la concurrence sur les liaisons intérieures, court-courriers et long-courriers au départ et à destination de l’Espagne, ce qui pourrait entraîner une hausse des prix et une baisse de la qualité pour les passagers». L’exécutif européen a ajouté qu’elle allait procéder à un examen approfondi des effets d’un tel rachat, disposant désormais de 90 jours ouvrables, soit jusqu’au 5 novembre, pour prendre une décision. Mais cet examen « ne préjuge pas de l’issue de la procédure», précise Bruxelles.

IAG est déjà au cœur de l’actualité depuis quelques jours. Des bruits de couloirs laissent entendre que la holding pourrait vendre British Airways pour renflouer ses caisses. La compagnie britannique est pourtant à l’origine de la création d’IAG, né de sa fusion avec Iberia en 2011, Aer Lingus, Vueling et Level ayant ensuite intégré la holding. Willie Walsh, l’ancien patron de British Airways puis d’IAG, a estimé cette option possible mais peu probable.