Coronavirus : la desserte aérienne de l’Italie très impactée

524

Les compagnies aériennes, en raison de l’épidémie de coronavirus qui sévit notamment dans le nord de l’Italie, multiplient les suspensions ou réductions de fréquences vers la péninsule.

L’Italie a franchi lundi la barre des 50 morts ce lundi. La péninsule est le pays le plus touché par le coronavirus en Europe. Air France est l’une des rares compagnies aériennes à maintenir aujourd’hui sa « desserte de l’ensemble de l’Italie« . Elle a toutefois prise des mesures commerciales pour rembourser ou reporter sans frais les voyages à destination de Milan, Venise et Bologne. Les autres grands transporteurs aériens européens et américains prennent, pour leur part, des mesures plus drastiques, tout en proposant bien souvent des reports sans frais.

EasyJet, Wizzair, British Airways, Lufthansa, Swiss, Austrian, Eurowings et Brussels Airlines ont toutes décidé de réduire leurs dessertes de l’Italie, notamment vers Milan, Venise, Turin et Vérone. Ryanair constate ces jours-ci une «augmentation significative» des passagers ne se présentant pas à l’embarquement, surtout pour les liaisons avec l’Italie ; la low-cost irlandaise va réduire de 25% son programme de vols court-courriers, «principalement vers et depuis l’Italie», pendant une période de trois semaines (du mardi 17 mars au mercredi 8 avril).

De nombreuses compagnies ont décidé purement et simplement de supprimer tous leurs vols vers le Nord de l’Italie. C’est notamment le cas de LATAM et des Majors américaines American et Delta (toutes deux conservant leurs dessertes de Rome) ; United pourrait suivre le mouvement dans les prochaines heures. L’État tchèque a également décidé d’interdire tous les vols entre la République tchèque et le Nord de l’Italie.

D’autres compagnies vont encore plus loin en supprimant toutes leurs dessertes de l’Italie, Rome comprise, soit Turkish Airlines, El Al et Bulgaria Air.