La Chine investit dans les taxis volants de Volocopter

taxi volant,Volocopter,Allemagne,
L'entreprise allemande Volocopter envisage une exploitation commerciale de ses taxis volants d'ici 3 ans.

Le groupe automobile chinois Geely (propriétaire notamment de Volvo) vient de s'offrir 10% de la société Volocopter en apportant 55 millions de dollars de financement. Des fonds qui permettront de poursuivre le développement du taxi volant avec comme objectif, des vols commerciaux d'ici 3 ans.

Volocopter développe des taxis aériens électriques qui décollent et atterrissent verticalement (eVTOL), basés sur la technologie des drones et pouvant transporter deux personnes. Au total, elle a conçu trois générations d’engins dont le dernier VoloCity est capable de parcourir jusqu’à 35 kilomètres de distance à une vitesse maximale de 110 km/h, doté de 9 batteries lithium-ion afin d’alimenter chacun deux rotors. Des engins dont l’utilisation pour l’instant se limitent aux phases de test ou de démonstration comme cela a été le cas fin août à l’aéroport d’Helsinki.

Comme ses rivaux, l’entreprise allemande compte maintenir des pilotes humains à bord dans les premiers temps. Volocopter espère pouvoir faire baisser les prix après cinq à dix ans : le coût d’un trajet pourrait alors être inférieur à celui d’une course en taxi.

Un des nombreux défis auxquels font face les entreprises du secteur est notamment de parvenir à créer l’infrastructure nécessaire afin que les drones de passagers puissent réellement devenir une réalité. Dans ce but, l’entreprise allemande prévoit de présenter le VoloPort, son infrastructure d’atterrissage de taxi aérien, lors du salon ITS World Congress qui se tient en octobre à Singapour.

Le marché du taxi volant suscite de nombreuses convoitises. Plusieurs entreprises sont lancées dans la course pour être les premières à décoller, à l’image du géant Uber mais aussi de l’Allemand Lilium, des Américains Joby et Kitty Hawk ou encore du Chinois eHang.