SAS demande à être placée sous le régime des faillites aux Etats-Unis

La compagnie aérienne scandinave a déclaré avoir engagé une procédure de sauvegarde aux Etats-Unis afin de tenter d’accélérer sa restructuration. Les grèves viennent, selon elle, aggraver sa situation financière. 

En grande difficulté financière depuis le début de la crise sanitaire, SAS Scandinavian Airlines avait fait appel à ses principaux actionnaires pour la sauver de la faillite, à savoir, l’Etat danois et suédois. Après avoir finalisé en octobre 2020 un plan de recapitalisation, le gouvernement danois se disait prêt à augmenter sa participation jusqu’à 30% du capital et à apporter de nouveaux fonds, tout en promettant d’effacer une dette de 3,5 milliards de couronnes. 

> A lire aussi : SAS Scandinavian Airlines est-elle vraiment en danger ?

Mais cela ne semble pas être suffisant pour sauver la compagnie qui doit en parallèle faire face à l’une des plus grosses grèves des pilotes de son histoire, entraînant, de nombreuses annulations de vols. Le groupe a donc annoncé avoir demandé à être placé sous le régime des faillite aux Etats-Unis dans le cadre d’un plan d’économies en cours. « Par ce processus, SAS vise à parvenir à des accords avec des parties prenantes clés, à restructurer sa dette, à reconfigurer sa flotte d’avions et à déboucher sur une importante injection de capitaux », explique-t-elle à travers un communiqué. Ce processus pourrait prendre entre 9 et 12 mois mais la compagnie assure que sa trésorerie (7,8 milliards de couronnes, soit environ 725 millions d’euros) devrait suffire à court terme à assurer la poursuite de ses activités mais que la grève avait « un impact négatif sur la trésorerie et la situation financière de l’entreprise », impact qui pourrait devenir « important » si le mouvement se prolongeait.