Transports en commun franciliens : 40% de voyageurs manquent à l’appel

398

Par rapport à un mois de septembre habituel, seuls 60% des voyageurs continuent d’emprunter les transports en commun franciliens. La poursuite du télétravail pour un grand nombre et la peur du Covid-19 expliquent cette désaffectation.

Les métros, tramways, bus et RER sont moins utilisés qu’avant l’épidémie de coronavirus. Si la fréquentation ne cesse de progresser depuis le déconfinement, elle plafonne à 60% en ce mois de septembre précise Ile-de-France Mobilités, en charge des transports dans la région.

En cette période de crise sanitaire, cela reste « un bon taux », assure Valérie Pécresse, la présidente d’IDFM et de la région Ile-de-France. « C’est ce qu’il faut. Cela correspond, et c’est à mon avis un bon équilibre à trouver, à un ou deux jours de télétravail par semaine ». La poursuite du télétravail, de même que le lissage des heures de pointe, qui permet aux salariés d’arriver plus tôt ou plus tard, contribuent à désengorger les transports en commun. 

Quant à la possibilité d’être contaminé en empruntant les transports en commun, Valérie Pécresse se veut rassurante, « On a triplé le nettoyage et la désinfection. » La président de la Région rappelle qu’en portant un masque et en se lavant les mains après son trajet, les transports restent très sûrs.