Trenitalia : la concurrence sur le TGV en France débute le 18 décembre

La compagnie italienne vient défier la SNCF sur l’axe Paris-Milan, dans un premier temps à raison de deux rotations par jour.

La SNCF s’y prépare depuis des mois. Manquait encore la date du début des hostilités. La compagnie ferroviaire française sera donc directement confrontée à la concurrence de Trenitalia entre Milan et Paris – via Turin, Modane, Chambéry, et Lyon Part-Dieu – à compter du 18 décembre prochain. Les réservations sont ouvertes ce lundi. Les TGV du transporteur italien devraient opérer sur cet axe deux rotations quotidiennes, l’une le matin et l’autre le soir, et à terme trois par jour. La durée du trajet entre Paris et Milan est estimée entre 6 et 7 heures. La desserte sera assurée avec des rames Zefiro V300 (également connues sous le nom de Frecciarossa 1000, construites par Bombardier-Hitachi), lesquelles rouleront à 300 km/h entre Paris e.t Lyon, et au maximum à 200 km/h entre Lyon et Milan. A bord, l’on trouvera quatre classes différentes. Les voitures 2 et 3 du train sont aménagées avec le niveau de service Business, la voiture 4 avec le niveau Premium.

Les TGV italiens pourraient être suivis dans les prochaines semaines par ceux de l’espagnole Renfe, sur la ligne Lyon-Marseille. Ces compagnies, à l’instar de la SNCF à l’étranger (et notamment en Espagne avec Ouigo) profitent ainsi du calendrier imposé par Bruxelles pour libéraliser le secteur du ferroviaire. La mise en concurrence sur les lignes domestiques françaises est en effet possible depuis début 2021 sur la grande vitesse. Un «open access» encore dans les limbes jusqu’à présent, du fait du risque financier et de la fragilité des acteurs gravement touchés par la pandémie. Aujourd’hui, sept opérateurs de train se sont déclarés pour l’ouverture à la concurrence en France (voir carte ci-dessous).

Rappelons que Trenitalia était présente en France ces dernières via son ex-filiale Thello. Fragilisée par la crise, cette dernière avait suspendu le train de nuit Paris-Milan-Venise en mars 2020. Puis décidé son arrêt définitif. Avant d’annoncer également la suppression de sa liaison Marseille-Nice-Milan.

carte des compagnies candidates à l’exploitation de lignes en France (source Kombo, plateforme française de réservation de billets de train, bus, et avion)