L’aéroport de Lyon se fixe l’objectif d’améliorer le parcours voyageur

2166

A l’aéroport de Lyon-Saint Exupéry, Vinci travaille avec la Police aux frontières afin de fluidifier le parcours voyageur et limiter le temps d’attente aux points de contrôles transfrontaliers. 

Alors que les temps d’attente aux frontières sont en constante augmentation, notamment dans les aéroports parisiens, la Direction de la Police aux Frontières (PAF) et Vinci Airports s’associent pour les faire diminuer à Lyon. A un an des Jeux Olympiques 2024, l’aéroport de Lyon souhaite améliorer l’expérience des passagers et fluidifier le parcours voyageur. Pour cela, un plan d’actions est actuellement déployé.

> A lire aussi : Parcours aéroport : le BAR, la DGAC et ADP sur la même position d’urgence

Il consiste à renforcer les effectifs de la Police aux frontières et élargir les pays éligibles aux sas PARAFE. Désormais, en plus de pays européens, les ressortissants de l’Australie, Canada, Corée du Sud, Etats-Unis, Nouvelle-Zélande, Royaume-Uni, Singapour et du Japon y sont éligibles. « Ces nouvelles mesures contribuent à accélérer et fluidifier le parcours des passagers, tout en maintenant le niveau de contrôle requis », indique l’aéroport sur son site. En juillet et août dernier, 89,10% et 89,85% des contrôles ont été effectués en moins de 10 minutes.