Mooncard s’associe à KillBills pour mettre fin au tickets de caisse papier

201

Mooncard et KillBills s’associent pour proposer une alternative au ticket de caisse papier, y compris pour les dépenses professionnelles. 

La société spécialisée dans la dématérialisation des notes de frais et dépenses professionnelles s’associe avec la startup qui propose la dématérialisation des tickets de caisse. Alors que la fin de l’impression systématique des tickets de caisse s’appliquera à compter du 1er août 2023, l’association des deux solutions permet de régler les
dépenses professionnelles avec les cartes connectées de Mooncard et de dématérialiser de manière instantanée le ticket de caisse grâce à la technologie de KillBills. La dépense et la facture seront alors automatiquement enregistrées auprès du gestionnaire. Les collaborateurs d’une entreprise n’auront ainsi plus besoin d’imprimer ou de photographier les tickets. Comme il est précisé à travers un communiqué, lors d’un paiement chez un
commerçant partenaire KillBills, les détenteurs de cartes Mooncard pourront accéder à leurs reçus qui seront automatiquement téléchargés et attachés à la note de frais.

Un service complémentaire à celui déjà proposé par Mooncard

Contactée par DeplacementsPros.com, Céline Corouge Coste, Chief revenue officer chez Mooncard explique que ce partenariat permettra de mettre à disposition de tous leurs clients la technologie développée par KillBills. « Le collaborateur n’aura plus besoin d’envoyer de photo de sa note de frais et la facture remontera directement dans le logiciel Mooncard. Cette nouvelle fonctionnalité est complémentaire à notre offre et va faire gagner encore plus de temps aux professionnels ou aux personnes en charge de la gestion des dépenses professionnelles », ajoute-t-elle. Selon Céline Corouge Coste, Mooncard avait déjà commencé à s’associer à des commerçants pour mettre en place ce type de système : « S’associer à cette startup va nous permettre de bénéficier d’un service qui fonctionne déjà très bien et qui compte plus de 1 000 commerçants partenaires. Il y a une vraie demande de la part des collaborateurs et des entreprises étant donné que la législation évolue au 1er août prochain. Les process vont être davantage automatisés et simplifiés, notamment sur la partie TVA qui est souvent complexe ».