Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Vendredi 4 Août 2017

Air France, Lionel Guérin n’aura été DG que sur une courte durée


C’est un secret de polichinelle que se partageait les cadres d’Air France : Jean-Marc Janaillac avait choisi Lionel Guérin pour devenir le nouveau DG d’Air France. Mais le PDG du groupe a subi un sérieux revers. Son candidat a été refusé à la dernière minute. Chronique d’un règlement de comptes en sous-sol.



Lionel Guerin, un DG éphémère pour Air France
Lionel Guerin, un DG éphémère pour Air France
Pour un auteur de thriller à succès, tous les ingrédients étaient réunis pour faire de la nomination du DG d’Air France, une histoire à rebondissements : il y a le patron, l’heureux élu, la conspiratrice, le mari de la conspiratrice et un gouvernement qui, sans y avoir l’air, s’est mêlé d’un dossier qui, a priori, ne le concernait pas.

A l’origine, l’histoire est banale. Le PDG D’Air France fait le choix en interne de son nouveau DG. Lionel Guérin, patron de Hop! Air France, s’impose par sa connaissance des dossiers, sa vision stratégique à moyen et long terme et sa bonne entente avec les pilotes, métier qu’il connaît pour l’avoir pratiqué. Janaillac attend du futur DG qu’il mette en place une partie de Trust Together et qu’il lui montre les écueils à éviter dans un monde où se côtoient requins et intérêts particuliers.

Premier acte, l’annonce du départ de Frédéric Gagey, alors PDG, qui stigmatise tous les échecs sociaux des derniers mois. En off, beaucoup en interne s’attendent à ce que, par amour propre, l’ancien patron d’Air France donne sa démission. Il n’en sera rien. L’intéressé part aux finances du groupe, son métier d'origine au demeurant. Seule certitude, Lionel Guérin n’est pas son candidat et il le fera savoir. Là commence le lent lobbying pour faire en sorte que le futur DG ne soit pas celui que l’on attend.

L’acte 2 se passe en Hollande. Jean-Marc Janaillac souhaite prendre une place de vice-président au sein du CA de KLM. La proposition ne séduit pas, malgré la présence de 5 français sur 9 membres dudit conseil. Officiellement, la demande n’aurait pas eu le temps d’être "appréciée" par le conseil. Officieusement, les Hollandais ne veulent tout simplement pas du PDG du groupe au sein de leur conseil. Ils se méfient de cette volonté d’occuper tous les postes qui cachent pour certains "une volonté de mettre la main sur l’ensemble de la courroie de décision du groupe". Inutile de préciser que ce premier rejet n’a pas plu chez Air France.
Pire, cette défiance de KLM ne s'arrête pas là: aujourd'hui les Hollandais ne sont pas totalement convaincus par Trust Together qui, en grande partie, ne les concerne pas. Lors de la conférence de presse le 3 novembre dernier, Pieters Elbers, le boss de KLM, a botté en touche à la question d'une journaliste néerlandaise sur sa vision de Transavia face à la nouvelle vraie-fausse low-cost du groupe. En revanche, ils sont favorables à la nomination de Lionel Guérin qu’ils connaissent car l’intéressé a lancé et dirigé Transavia en France. "Un travailleur courageux et honnête", laisse savoir selon KLM.

Dernier volet de l’affaire, alors que tout le comité de nomination donne son aval, l’Agence des Participations de l’Etat rejette la candidature du patron de Hop! un échelon plus haut. Le plus virulent au sein de ce comité aurait été son dirigeant, Martin Vial. Règlement de comptes ? Son épouse, Florence Parly, avait été nommée le 1er janvier 2013 directrice générale adjointe de l’activité "Passage Point à Point", en charge des Escales France. Sa mission: redresser le court courrier dans le cadre de Transform 2015. Mais l’intéressée ne connait pas l’aérien et se fait bousculer par la réalité du terrain. Elle quitte le groupe fin août 2014, persuadée que Lionel Guérin aurait manœuvré en sous-marin pour la faire partir et garder la main mise sur le transport domestique. Une rancœur qui ne serait pas étrangère aux décisions de l’APE.

Enfin, le coup de grâce vient de l’Etat lui-même. Jean-Marc Janaillac, présenté comme un ami de François Hollande qu’il a côtoyé dans la même promotion de l’Ena, n’aurait pas obtenu le soutien direct de Jean-Pierre Jouyet, le secrétaire général de l'Elysée qui, pour d’obscurs raisons politiques, aurait refusé la nomination de Lionel Guérin.
Mais personne ne veut prendre la responsabilité de cette décision. Officiellement, l'Etat ne se mêle pas du dossier. Une affaire privée dans une entreprise privée... Même s'Il se susurre qu'ordre aurait été donné à Matignon de ne pas évoquer publiquement ce dossier. L’Etat veut juste qu'il n'y ait pas de vagues avant les présidentielles.

Sir Tim Clark, President of Emirates and Willie Walsh, CEO of International Airlines Group au WTM à Londres la semaine dernière
Sir Tim Clark, President of Emirates and Willie Walsh, CEO of International Airlines Group au WTM à Londres la semaine dernière

L'épilogue réjouit la concurrence

L'ensemble de ce jeu subtil de lobbying va conduire le PDG d’Air France à essuyer le refus d’avoir Lionel Guérin à ses côtés. Il reste l'épilogue officiel de l'intrigue, l’arrivée de Franck Terner. Une nomination surprise qui vient, là aussi, s’opposer à Lionel Guérin. Le nouveau DG a été entre 2007 et 2008 à la tête de la compagnie Régional (aujourd'hui intégrée à Hop! Air France) et n’a pas laissé de bons souvenirs aux syndicats qui le jugeaient "trop prudent et peu au fait des arcanes transport commercial". Une vision que ne partagent pas aujourd’hui ceux qui l’ont aidé à prendre le poste. Sa chance, la paix sociale temporairement acquise par Jean-Marc Janaillac. Les promesses du patron du groupe aux pilotes sont de nature à rassurer l’ensemble de la chaîne de pouvoir. Avec un statut quo jusqu’en février, sans doute repoussé de quelques semaines, le vote des Français ne devrait pas être perturbé par les "seigneurs du ciel". Mais c’est sans prendre en compte la colère grandissante des hôtesses et stewards et celle du personnel au sol. Rien ne dit qu’eux ne bougeront pas. C'est "Une paix bâtie sur du sable" peut-on entendre dans l’entourage direct du PDG, "Comment imaginer que l’on va créer une low cost avec l’aval des pilotes d’AF qui refusent tout emploi au rabais. Et on sait déjà qu’elle ne tiendra pas ses promesses commerciales". Pour beaucoup, il ne s’agirait que d’un écran de fumée pour faire croire à la relance ?. "Une vision un peu extrême", selon plusieurs experts de l’aérien.

Et la fin officieuse ? Que va faire Lionel Guérin ? Quitter le groupe pour avoir le temps de prendre le temps ? Poursuivre son travail à Hop!, mais sans certitude de pouvoir mettre en œuvre son propre plan ? On peut imaginer que, face à la crise économique qui s'annonce à Air France, largement évoquée la semaine dernière au WTM de Londres par les dirigeants d'IAG et d'Emirates, la compagnie aura besoin d'un vrai pro pour sa dernière relance.

Mais comme le disait Rudyard Kipling… "Cela est une autre histoire"....

Marcel Lévy



1.Posté par Pierre le 15/11/2016 09:03
Bonjour
Cette compagnie est appelée à disparaitre pour renaître de ses cendres au sein d'un groupe européen ou issu du golfe.
C'est inéluctable et seul Monsieur Janaillac croit à la relance. Il est là pour quelques mois et après, une fois les élection finies qui va reprendre en main ce groupe ?
Quand je lis qu'AF tire KLM vers le bas, il y a de quoi s’interroger sur ce qui fut la première compagnie mondiale
Pierre

2.Posté par travelcat le 16/11/2016 00:16
Combien de fois les mots "président", "directeur", "général", "direction", "cadre", "CA", ... apparaissent-ils dans chaque article sur AF ? Et sinon, bâtir une stratégie, proposer une offre, en dehors de leurs présentations powerpoint, ils y pensent ces gens là ?

3.Posté par Mickael le 16/11/2016 01:38
Quand Air France sera essoufflée, nous verrons quel modèle économique vous ira. Du value cost et des recettes pour les pays du golf... Les pilotes AF se moquent bien de leurs impactes. L'économie, c'est le nerf de la guerre. Pour moi, les pilotes devraient être déchus de leur nationalité.

4.Posté par cony le 16/11/2016 13:28
les pilotes de,'Air France ne sont pas les mieux payés au monde !!!!
mais ce sont eux qui COÛTENT le plus cher au monde comme Air France est la compagnie la plus
TAXEE au monde ! !!!
pour info les pilotes les mieux payés au monde sont les pilotes Américains , mais c'est normal ,ce sont eux qui payent toutes les charges sociales ,notamment assurance santé etc...
Donc,cessez de croire tout ce vous lisez et Informez vous mieux avant de commenter !!
un ancien Commandant de Bord AF
pour info encore sachez que les pilotes d'Air France du secteur Boeing 777 sontu parmi ceux qui travaillent le plus au monde car lis sont en sous effectif et certains arrivent en butée d'heures de vol autorisées par l'OACI AU MILIEU du mois de novembre et qu'Air France, en conséquence est obligée d'ANNULER des vols à cause de ce fait ! !!!
les pilotes sont payés à l'heure de vols donc tous les pilotes 777 volent en butée d'heures de vol MENSUELLE et en conséquence sont payés en heures supplémentaires donc gagnent mieux leur vie que les pilotes des autres secteurs de vol !!!!!

5.Posté par josé le 16/11/2016 14:05
j'ai commencé a travaillé a U.T.A, 1ère Cie aérienne privée française, qui fonctionnait très bien, nous avions un bon salaire, un bon statut etc., tout pour être heureux, puis est venue la magouille de la gauche caviardé- rocard et mitterand- pour couler cette superbe Cie au profit d'air (sou)France, que j'ai supporté plusieurs années, ...quand on voit ce que cela devient !!! quelle tristesse, a . UTA , nous faisons des analyse de marché, a air France, on essaye ca, puis ca et encore ca, rien a l'horizon....

6.Posté par Annie le 16/11/2016 16:22
lectrice régulière de votre media, je suis déçue. Les intox ne devraient pas avoir de place dans un media pro. Cette apologie n'est pas partagée de tous et la conspiratrice valait peut être mieux qu'un patron de PME. On aimerait lire des véritables analyses avec des résultats objectifs et non un retour téléguidé de règlements de comptes ! ce serait plus intéressant et certainement plus percutant pour sortir AF de la crise profonde.

7.Posté par Marcel Levy le 17/11/2016 06:10
Bonjour Cony

Vos informations ne sont plus à jour
Je vous invite à lire cet article des Echos : http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/0211442872332-air-france-derniers-beaux-jours-pour-des-enfants-gates-2042712.php#xtor=EPR-3038-%5Bnl_ideesdebats%5D-20161116-%5BProv_%5D-1756578%402

Merci pour votre fidélité
Cordialement

Marcel Lévy

8.Posté par Marcel Levy le 17/11/2016 06:18
Bonjour Annie

Comme vous le savez, pour les acheteurs l'état de santé et la vie d'un fournisseur sont des analyses essentielles qui permettent de jauger les risques et la capacité du fournisseur à gérer les problématiques sociales et commerciales.

Notre ami Yann le Goff me disait hier qu'il avait réservé du Stockhol/Paris sur AF,10 € moins cher que sur Easyjet. Mais sa question était de savoir si le service serait délivré. On voit bien les efforts de la compagnie sur le terrain et les freins que génèrent les luttes intestines.

Tout ce que nous avons écrit est juste... Reste à savoir si le patron du fret, homme éminemment doué et capable dans son univers, est mieux placé qu'un pilote qui a créé deux compagnies rentables ? Je n'ai pas de réponse à cette question.

Le journaliste n'est que le spécialiste du superficiel. Nous ne sommes pas tous les jours aux commandes des sociétés que nous regardons. Notre mission est de délivrer une information, celle du lecteur de l'analyser.

Nous sommes tous les jours encensés et trainés dans la boue. Preuve que nous faisons notre métier. Bien ? C'est à vous de le dire mais comme l'écrivait Pierre Desproges "on ne peut pas être aimé de tous. Autant le savoir tout de suite"

Très cordialement
Marcel Lévy

9.Posté par Jbo le 18/11/2016 14:15
Bonjour je suis pilote Air France, j'ai jusqu'ici encore la conviction de faire mon travail avec un grand investissement pour la réussite de l'entreprise; je confirme que nous travaillons près de 18 jours par mois, et que nos salaires bruts sont tres bons, mais que le net après impôt l'est beaucoup beaucoup moins ! Si l'on pouvait d'ailleurs délocaliser nos contrats les plus râleurs des lecteurs seraient heureux, et nous aussi !! Mais tous ceux qui profitent de ces cotisations et qui n'ont pas la chance d'avoir de revenus devraient y réfléchir à deux fois
En ce qui concerne la déchéance de nationalité citée plus haut, si le modérateur qui modère pouvais faire preuve d'autant de rigueur que nous en avons dans notre métier, ça serait appréciable

Eric
Pilote pas nanti bientôt en vacances car l'Europe ne lui donne pas le doit de voler plus (même si la presse aimerait bien)


Qui sommes nous ? - Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires et sites recommandés : Vacances Pratiques, twitter, Google France, Santé voyage

Numéro de Commission Paritaire des Publications et Agences de presse : 1221 W 90128
Numéro d' ISNN - 2105-049X - Numéro de déclaration à la CNIL : 1391313

 

 Deplacements Pros.com est membre du Syndicat de la Presse d'information en ligne (Spiil).

Deplacements Pros.com est membre du Centre Français d'Exploitation du Droit de la Copie.

Merci de le signaler à votre entreprise afin qu'elle rajoute Deplacements Pros.com sur sa liste des sources d'informations consultées par son personnel.