Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels




Jeudi 11 Avril 2013

La limousine se met au taxi !


Le service haut de gamme de chauffeurs privés Uber se met au taxi à partir de ce jeudi 11 avril : pour compléter son offre, son application vous met désormais en liaison avec un service classique de taxis qui peut s'avérer pratique pour les voyageurs d'affaires.



La limousine se met au taxi !
Cette offre mettra t-elle fin à la guéguerre permanente entre taxis et chauffeurs privés ? C'est en tous cas une corde de plus à l'arc du service de chauffeurs privés Uber qui, un an après son installation à Paris, étend son application. Elle offre désormais la possibilité de commander un taxi en plus de son service de chauffeurs privés. Les véhicules sont des taxis classiques, privés, avec lesquels Uber a passé des accords. Le principe est identique à ce qui a fait son succès : commande facile et intuitive, suivi en temps réel de l’approche, paiement automatisé et notation assurant un service de qualité. Mais à la différence des offres haut-de-gamme Berline et Moto, les tarifs taxis sont réglementés par la Préfecture de Police, et les utilisateurs ne paieront rien d’autre que le montant affiché sur le taximètre. Présent dans plus de 40 villes dans le monde, et après son lancement à Lyon la semaine dernière, Uber continue d’évoluer.
Notez




1.Posté par colombo le 11/04/2013 08:20
UnTaxi nommé Hubert
Toute ressemblance avec des personnages existants ou ayant existé ne serait que pure coincidence.
Paris, 11 Avril, Station de taxi Trinité d'Estienne d'Orves, à deux pas de la chaussée d'Antin...

Je m’appelle Hubert. Je suis chauffeur de taxi parisien. J’aime mon métier, même si chaque jour qui passe, il devient de plus en plus difficile à exercer.

Il y a encore quelques années, les anciens du métier que je connaissais habitaient Paris, et démarraient à proximité de leur domicile… Mais avec la spéculation sur l’immobilier dans la Capitale, les appartements sont devenus hors de prix pour un chauffeur de taxi… Alors, la plupart d’entre nous désormais habitent en banlieue… Et du coup, les clients parisiens râlent… « Y’a pas de taxis à Paris aux heures de pointe ! »... Quand bien même on voudrait entrer dans Paris, entre 6 et 9 du mat’, on n’arriverait pas à satisfaire toute la clientèle… C’est blindé de partout… C'est pas un scoop tout de même !

C'est la crise pour tout le monde... Et avec les bouchons et mes onze heures d’amplitude maxi, il faut que je roule en charge le plus possible… C’est pour cela que je préfère démarrer avec une course banlieue près de chez moi pour un aéroport au petit matin… lorsque j’embauche... Sinon c’est la cata pour mon chiffre… Et le RSI (régime social des indépendants) que mon compteur tourne ou pas, il faut le payer… et rembourser mon crédit sur quinze ans pour ma licence...

Les bouchons à Paris c’est la plaie ! Ca me rend malade de cramer mon gazole à vide à Paname, surtout au prix où on le paye aujourd’hui ! Et ne croyez pas que je sois content quand je vous vois stressé(e) dans mon rétro, parce que le compteur tourne inexorablement dans les bouchons... Votre stress, je le partage.

Mais ce qui me chiffonne le plus en ce moment avec les collègues, c’est de me faire taper ma clientèle par une concurrence déloyale. Les clandestins d’une part qui viennent racoler aux gares et aux aéroports, quand ce n’est pas carrément dans les stations de taxi… Et il y a aussi certains « VTC » Véhicules de Tourisme avec Chauffeurs … qui détournent notre clientèle avec des applis smartphones, alors qu’ils ne doivent prendre en charge leur clientèle qu'uniquement sur réservation avec un prix convenu à l’avance…

D’ailleurs à ce sujet, un type m’a proposé un drôle de truc aujourd’hui à la station de taxi Trinité :

Me prêter un smartphone avec une application téléchargée qui permet de prendre des courses, contre 10% de ma recette ! 10% de ma recette ? Ca sent l’arnaque.

Ca me fait penser à une histoire similaire qui s’est passé à New-York en Septembre dernier :

Une start-up basée à San Francisco avait fait un pari en lançant son propre service de taxi à New-York, contre la volonté de la Taxi & Limousine Commission (TLC), l’autorité de régulation locale du secteur qui correspond à la Préfecture de Police de Paris chez nous. Cette société avait espéré que l’autorité de tutelle finirait par plier ou que les clients plébisciteraient à un tel point son offre que la TLC n’aurait d’autre choix que d’entériner sa légitimité. L’objectif était de prendre l’avantage en s’implantant avant d’autres sur un marché très convoité.
Voilà des gens qui aiment la concurrence à la loyale visiblement...
Mais cette tentative s’est transformée en fiasco. Car à peine un peu plus d’un mois plus tard après son lancement, la start-up financée par une banque très puissante d'outre-atlantique a demandé à ses conducteurs de taxi de restituer leur iPhone fourni par leurs soins et de ne plus utiliser l’application dédiée à la prise en charge des courses.

Les rumeurs évoquant une cessation d’activité imminente de cette société à New-York ont commencé à circuler au bout de trois semaines, mais le PDG de l’entreprise, les avait constamment démenties au travers d’une série d’explications peu cohérentes. « Les conducteurs inactifs nous retournent leur smartphone », avait-t-il notamment affirmé dans un courrier électronique. Et d’ajouter : « C’est une procédure normale sur tous les marchés et pour tous les types de produits. » Il a ensuite avancé l’idée que certains chauffeurs de taxi avaient été invités à rendre leur téléphone parce que celui-ci ne répondait pas aux normes d’utilisation édictées par la jeune start-up. Puis sa dernière explication en date ressemblait à peu de chose près à ceci : « Nous prenons toujours en charge un certain nombre de courses. Vous avez certainement obtenu vos informations auprès de quelques conducteurs issus de la même vague de recrutement et qui vous ont fourni des renseignements erronés et obsolètes. »

« Nous rencontrons des difficultés compte tenu du non-agrément de la part de la TLC », a finalement admis le PDG, « mais nous poursuivrons notre activité aussi longtemps que nous le pourrons ».

Mais de leur côté, les conducteurs de taxi opérant pour cette société ont reçu un tout autre son de cloche de leur fournisseur de smartphones dédiés à la mise en relation clients. Bon nombre d’entre eux ont déclaré que celui-ci les avait convoqués au siège de l’entreprise au motif de leur verser leur rémunération, invoquant même la distribution d’une prime aux chauffeurs se déplaçant jusque dans ses locaux. Mais en fait à leur arrivée sur place, il leur aurait été demandé de restituer leur terminal en leur annonçant que son service de taxi n’était plus disponible à New-York.

« Ils nous ont dit que c’était terminé et qu’ils récupéraient les smartphones », a notamment révélé un conducteur de taxi à un journal local. Ce chauffeur professionnel utilisait l’application dédiée depuis que la société avait lancé son activité dans la ville, mais il a constaté que le nombre de clients pris en charge diminuait rapidement. « Au début, il n’y avait pas de problème », nous a expliqué le chauffeur. « Mais chaque semaine, l’activité s’est révélée plus faible que la précédente et la semaine dernière, elle a été inexistante. »

Un autre chauffeur de taxi a déclaré que la start-up californienne l’avait incité à intégrer son service de berlines (VTC) en lui promettant une prime de 1 000 dollars (763 euros). Un troisième professionnel a raconté au journal new-yorkais qu’au siège de la société où il s’était rendu pour se faire recruter, un représentant de l’entreprise lui avait précisé que le « service de taxi n’existait plus », avant de lui demander s’il possédait une berline noire.

En clair, ils envisageaient de débaucher les chauffeurs de taxi pour recruter leurs chauffeurs privés. Et ainsi exercer mécaniquement une pression à la baisse sur le cours des licences des taxis… Sympa le piège !

Ca me fait penser à une autre histoire récente qu'on a vécu ici, à Paris :

Une société qui leur ressemble étrangement développe un service de VTC, concurrent des taxis.
D’ailleurs elle s’est rendue célèbre à la St Sylvestre en proposant des tarifs prohibitifs qui n’ont pas manqué de susciter la colère d’une cliente très connue du milieu médiatique.
Mais ce qui nous a révolté, nous chauffeurs de taxi, c’est que la cliente en question les a confondu avec une société de taxis…(cf. VTC über alles, les raisons de la colère).

Et c’est justement cela qui ne va pas : entretenir la confusion chez les clients pour développer son activité, c’est carrément déloyal.

Comprenez moi bien :

Je n’ai rien contre les VTC dès lors qu’ils sont dans les clous, qu’ils respectent la réglementation à laquelle ils sont assujettis, qu’ils ne viennent pas racoler physiquement ou électroniquement en temps réel via un smartphone nos clients.

Mais ce que je ne supporte pas, c’est qu’un chauffeur privé paye 100 euros de licence pour créer son entreprise, (au lieu de 240 000 euros pour un chauffeur de taxi à Paris) puisse exploiter autant de véhicules qu’il le souhaite en recrutant d'autres chauffeurs avec cette seule licence, transforme son smartphone en équipement de racolage électronique en temps réel, sans parler du compteur tarifaire calculant le prix des courses ! Car un logiciel inclus dans l’application du chauffeur calcule le prix de la course au même titre qu’un compteur horokilométrique de taxi, selon des critères similaires…

Prise en charge, Prix horaire, prix kilométrique, applicable selon une vitesse de conjonction…

C’est ce que j’appelle du « taxi Canada dry », sans les charges du taxi…

Ajoutons qu'il n’y a aucune garantie d’équité tarifaire pour le client, d’un smartphone d’un chauffeur à un autre, la précision GPS permettant de calculer la vitesse et les positions GPS du véhicule variant selon le modèle du smartphone d’une part, et étant précise à environ 5 m près d’autre part, alors que nos compteurs horokilométriques sont homologués par l’autorité de tutelle et assujettis à des visites de contrôle annuel par des organismes agréés. On se moque du monde !

Alors tout bien réfléchi, son smartphone il va se le garder… et moi je conserverai mes 10% de recettes…

Car pour finir l'anecdote, lorsqu’il m’a demandé mon prénom, il a souri et m’a répondu :
« C’est marrant, on a le même prénom ! »…
Peut-être, mais à la grande différence que moi, je suis un vrai chauffeur de taxi parisien, et je n’entretiens pas la confusion des genres pour faire mon beurre sur le dos des taxis et des clients…

Alors un bon conseil :
Méfiez vous des imitations. Exigez un taxi professionnel, avec un compteur horokilométrique homologué. Ca vous reviendra moins cher qu'une course forfaitaire en VTC qui ne peut pas emprunter les couloirs de bus à Paris intra-muros. Faites donc le test comparatif.
Et surtout réfléchissez bien avant de confier votre numéro de carte bleue à un serveur distant à travers une application smartphone dont la sécurité des trasactions n'ait pas été garantie et éprouvée par le GIE carte bancaire !

Vous avez le bonjour d'Hubert... et à bientôt dans mon taxi...

2.Posté par Christian le 12/04/2013 09:29
Sur le site d'UBER,ils mettent
"Avec Uber, pas de mauvaise surprise, les tarifs sont connus à l'avance e et l'on paye directement avec l'application. A titre d'exemple, un trajet Paris – Aéroport Charles De Gaulle coûte entre 80 et 90 €. "
Parce que payer entre 80 et 90 euros pour aller à Orly ou Roissy,c'est pas une mauvaise surprise ?
A ce prix là ,choississez un vrai Taxi parisien,il ne vous en coutera que la moitié ,et en tant de crise,ç'est énorme.A bon entendeur..



Qui sommes nous ? - Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires et sites recommandés : Vacances Pratiques, twitter, Google France, Santé voyage

Numéro de Commission Paritaire des Publications et Agences de presse : 1216 W 90128
Numéro d' ISNN - 2105-049X - Numéro de déclaration à la CNIL : 1391313

 

 Deplacements Pros.com est membre du Syndicat de la Presse d'information en ligne (Spiil).

Deplacements Pros.com est membre du Centre Français d'Exploitation du Droit de la Copie.

Merci de le signaler à votre entreprise afin qu'elle rajoute Deplacements Pros.com sur sa liste des sources d'informations consultées par son personnel.