Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


Une hausse déraisonnable




Que croyez vous qui s’annonce pour les compagnies aériennes en ce début d’année morose sur le plan économique ? Une autre mauvaise nouvelle économique : les redevances aéroportuaires vont sans doute augmenter de 5,5% au 1er avril. Mais contrairement à une hausse du pétrole, les transporteurs ne bronchent pas vraiment. Et pour cause : l’augmentation sera sans doute totalement rebasculée sur le passager, qui n’aura pas son mot à dire. Mais ce sera autant de moins pour le budget voyage des entreprises.

Officiellement, l’heure est encore à la consultation. Les nouveaux tarifs doivent être acceptés par le Secrétariat d’Etat aux Transports et publiés au Journal Officiel pour pouvoir s’appliquer au 1er avril. Mais la cause semble être entendue car ADP a trouvé un accord avec Air France qui représente à elle seule 30% des taxes perçues par les aéroports de Paris. Les autres compagnies pourront toujours protester... ou essayer d’obtenir les mêmes avantages Si l’on croit le journal le Monde, la compagnie a en effet négocié des tarifs spéciaux pour son T2G, ce qui lui permet d’avoir de meilleurs prix pour ses filiales Regional et Britair, malmenées par la crise. Mais surtout, la compagnie ex nationale aurait obtenu la stabilité de la redevance d'atterrissage, qu'elle ne répercute pas sur le prix des billets, et que ce soit la redevance «passagers », celle qu'elle répercute sur le prix du billet, qui soit augmentée.

En pleine crise économique poussant les entreprises à s’interroger sur leur nécessité à se déplacer, voilà qui semble fort de café. Et dans un contexte d’inflation zéro, on peut s’interroger sur la volonté d’ADP de plomber ainsi ses tarifs. La société investira t- elle massivement dans les équipements de sécurité, pour accélérer les procédures et raccourcir les files d’attente? Ou peut-être dans les équipements de dégivrage, qui ont tant manqué au moment du gel la semaine dernière (voir ci contre) ? Au final, ce sont bel et bien toujours les mêmes qui vont devoir payer. Il reste à savoir si les passagers auront quelque chose de plus en échange…

Annie Fave

Mardi 13 Janvier 2009


Notez