ADP : pas de décision rapide sur la privatisation

Dans une interview accordée à France Info, le commissaire aux participations de l'État Martin Vial dément formellement toute privatisation rapide d'ADP. Une rumeur infondée selon lui, car le gouvernement n'aurait pris aucune décision sur ce sujet sensible.

Martin Vial répond ainsi à l'information des Échos qui annonçait ce vendredi 22 décembre que l'État envisagerait d'accorder ADP une concession de très longue durée, 50 ou 100 ans, avant de décider la sous quelle forme seraient vendus les titres du groupe.

L'État, qui détient 50,6 % d'ADP, devrait annoncer sa décision au premier trimestre 2018 "sans précipitation et après réflexion et concertation", conclut Martin Vial. Si le sujet peut apparaître uniquement économique, la décision est pourtant plus politique voire périlleuse en raison des contraintes de sécurité et de sûreté imposées à la plateforme aéroportuaire. Jean-Marc Janaillac, le patron d'Air France avait lui aussi exprimé des doutes sur le bien-fondé de l'opération.

Plusieurs membres de l'opposition demandent désormais au gouvernement d'abroger ce projet pour garder le contrôle des aéroports parisiens. L'autre dossier chaud du transport, la vente des parts de l'État dans Air France, ne serait plus à l'ordre du jour ces prochains mois mêmes si des rumeurs font état de discussions avancées entre le transporteur aérien et la commission des participations de l'État.