Air Berlin partagée entre Lufthansa et easyJet

Après les fuites de jeudi dernier, l patron d'Air Berlin Thomas Winkelmann a officiellement confirmé lundi la reprise d'une partie de sa compagnie par Lufthansa et easyJet.

Lufthansa négocie actuellement pour les 38 avions avec équipages qu'elle loue déjà à Air Berlin, une partie supplémentaire de 20 à 40 appareils plus Niki et LGW. Le chèque total est estimé par la presse allemande à 200 millions d'euros pour reprendre les actifs et 100 millions supplémentaires pour assurer les coûts d'exploitation d'Air Berlin. EasyJet est également candidate pour une partie de la flotte et certainement les "slots" d'aéroport, mais elle n'a pas précisé publiquement son offre. Ce serait une excellente affaire pour la low cost britannique qui, après le Brexit, voulait précisément prendre pied sur le sol européen. Le patron d'Air Berlin affirme que 80% des 8 500 salariés du groupe sont assurés de retrouver un poste.

Les autres offres n'ont pas été retenues, ni celle de la holding IAG (British Airways et Iberia), ni les offres de Condor (la compagnie du groupe Thomas Cook), celle du champion de formule 1 Niki Lauda, et les offres distinctes de trois investisseurs privés allemands et chinois. Il n'est pas impossible que certains aillent en justice contester cette attribution, dénonçant une tentative d'OPA de Lufthansa sur les précieux créneaux de décollage et d'atterrissage allemands. La rumeur veut que Berlin soit intervenu en coulisse, ce que le mandataire dément.