Drame à La Môle-Saint Tropez… L’aéroport ne peut plus gérer les passagers hors Schengen. Que vont faire les people ?

Comme le craignait l'UAF en septembre, les pouvoirs publics ont bien supprimé 13 points de passage frontalier. Cette décision empêche les aéroports concernés de gérer les passagers en provenance ou à destination des pays situés hors de l'espace Schengen. Une catastrophe pour les régions et voyageurs d'affaires de ces plates-formes, et en particulier La Môle-Saint-Tropez, très fréquentée par la clientèle d'affaires internationale.

Comme les aéroports d'Abbeville, Agen-la-Garenne, Amiens-Glisy, Annemasse, Besançon-Vèze, Le Castellet, Lannion, Lognes-Emerainville, Montbéliard-Courcelles, Nevers, La-Roche-sur-Yon et Vichy-Charmeil, La Môle-Saint-Tropez a perdu son point de passage frontalier. Le gouvernement qui souhaite faire des économies, a en effet décidé de retirer les postes-frontières des installations où les douaniers n'étaient pas présents à temps plein.

La plate-forme La Môle-Saint Tropez – très fréquentée par les voyageurs d'affaires - ne peut donc plus accueillir les passagers en provenance ou à destination de pays hors Schengen. Les occupants de jet privé qui doivent se rendre par exemple en Russie, Suisse, Bulgarie ou encore au Royaume-Uni, ne peuvent donc plus utiliser cette piste.
 
Christian Estrosi, le président de la région Paca, ne voit pas d'un bon œil cette mesure qui affecte fortement l'installation qui gère jusqu'à 90 mouvements aériens par jour pendant la haute saison. Il a interpellé le Premier ministre, Manuel Valls dans les pages du Parisien "Il faut suspendre sans délais cette décision. Il est toujours temps".