L’actionnaire chinois de Servair, Aigle Azur, Hilton, Swissport,… En panne d’argent frais

Après avoir énormément grossi ces dernières années, le conglomérat Chinois HNA manque de liquidités et commence à avertir ses créanciers. Il est dans le collimateur de Pékin.

Le manque de liquidités atteint au moins 15 milliards de yuans (2,4 milliards de dollars ou 1,9 milliard d'euros) au premier trimestre, selon La Tribune qui souligneles efforts du groupe pour céder des actifs et réduire son endettement.

Le conglomérat aurait injecté depuis 2 ans quelques 50 milliards de dollars "pour accompagner une stratégie d'acquisitions ou de prises de participations tous azimuts dans les secteurs du tourisme, de l'hôtellerie, du transport aérien, de l'aéronautique, mais aussi de la banque et de l'immobilier". Le journal rappelle que la maison mère de la compagnie aérienne Hainan Airlines, "est entré au capital de plusieurs compagnies aériennes étrangères comme Aigle Azur en France, Virgin Australia, TAP au Portugal, ou encore Azul au Brésil, et est également présent dans les métiers de l'assistance en escale (Swissport) comme dans la restauration à bord des avions puisqu'il a mis la main sur le suisse Gategroup et sur Servair dans laquelle Air France est encore au capital".

Mais maintenant, il faut faire face à la dette, gigantesque "qui s'élevait en novembre à environ 638 milliards de yuans (env. 81,5 milliards d'euros), en hausse de 36% par rapport à fin 2016. Un montant qui pourrait même atteindre environ 1.000 milliards de yuans (env. 127,45 milliards d'euros) en prenant en compte l'ensemble des entités contrôlées par HNA". Apparemment le groupe cherche des solutions mais il serait pour l'heure "dans le collimateur de Pékin", selon La Tribune.