La DGAC veut renforcer les mesures de sûreté dans les aéroports

Face aux derniers attentats et aux mesures prises sur le territoire nationale, la DGAC s’est exprimé, par la voix de Paul Schwach, adjoint au directeur général de l'aviation civile et directeur du transport aérien, sur les mesures qui seront mises en place prochainement dans les aéroports. Les temps de contrôle vont sans doute s'allonger.

S’exprimant face aux représentants des compagnies aériennes, Paul Schwach, est revenu sur la mise en place annoncée du PNR et les obligations qui incomberont aux compagnies aériennes. Si la nature détaillée des informations «passager» n’est pas encore connue, il est acquis que les données récoltées seront traitées et conservées par les autorités en charge de la surveillance du territoire. Si le directeur du transport aérien ne s’est pas exprimé sur la vision européenne du projet, il a néanmoins rappelé que l’interdiction de sortie du territoire sera contrôlée aux postes de police et les papiers d’un éventuel suspect (passeport ou carte d’identité) retenus par les autorités. Il invite donc les compagnies à faire un travail de surveillance « à leur niveau » pour aider à la surveillance des passagers.

Autre mesure, le contrôle renforcé des bagages à main. «Nous appliquerons un certain quota de contrôles aléatoires», explique Paul Schwach, «Ils consistent à une fouille approfondie du bagage et à une vérification de la présence de traces explosives ». Selon lui, les explosifs non détectables aux scanners sont une menace pour la sécurité des vols. «Le détecteur de traces d’explosifs est une sécurité supplémentaire qui sera mise en place dès septembre prochain ».

Conséquence immédiate pour les représentants des compagnies aériennes, la durée des passages sûreté devrait s’allonger. Si personne ne remet en cause le délai des trois heures d’arrivée avant un vol, plusieurs transporteurs pensent qu’il sera difficile de traiter un A380 en 180 minutes.