Le gouvernement néerlandais augmente sa participation dans Air France-Klm

Le gouvernement néerlandais prendra une participation dans Air France-KLM égale à celle du gouvernement français afin d'accroître son influence dans les opérations du transporteur, une décision qui a pris les Français par surprise.

Cet investissement intervient quelques semaines après une confrontation entre le gouvernement néerlandais et le directoire de l'entreprise, dominé par la France, au sujet de l'affaiblissement de l'influence néerlandaise au sein du groupe.

Le ministre néerlandais des Finances, Wopke Hoekstra, a déclaré mardi que l'Etat avait déjà pris une participation de 12,7% pour 680 millions d'euros (774 millions de dollars) et avait l'intention de l'augmenter à environ 14%. L'État français détient 14,29 % du capital de la nouvelle société créée en 2004.

Il s'agit d'une "étape fondamentale vers la protection des intérêts néerlandais", a déclaré M. Hoekstra aux journalistes à La Haye. "Cet achat nous assure une place à la table."

M. Hoekstra a déclaré que l'État n'investissait pas, mais protégeait les intérêts de l'économie néerlandaise et de l'aéroport Schiphol d'Amsterdam, le troisième plus grand aéroport d'Europe et une source importante d'emplois.

Le ministre français de l'Économie, Bruno Le Maire, a déclaré aux journalistes que lui et le conseil d'administration d'Air France-KLM n'avaient pas été informés.