Les associations de consommateurs font front commun contre la clause de no-show

Depuis plusieurs années, les associations de consommateurs dénoncent régulièrement la clause de no show appliquée par de nombreuses compagnies aériennes. Plusieurs organisations ont décidé de s'opposer ensemble à ce dispositif qui empêche un passager n'ayant pas utilisé une partie de son billet d'embarquer sur le vol suivant.

Les associations de consommateurs font front commun contre la clause de no-show. Plusieurs membres du Bureau européen des consommateurs (BEUC) ont lancé des actions pour forcer les compagnies aériennes à stopper l'application de cette condition de vente très critiquée qui conduit à l'annulation d'un billet si le passager n’a pas effectué une première partie de son voyage.

"La clause de ‘no-show’ est tout simplement injuste. Le passager a payé pour les billets et s’attend à pouvoir les utiliser. Vous pourriez avoir raté votre vol aller, ou avoir trouvé un meilleur moyen de vous rendre à un point  B, il n’y a pas d’excuses pour les compagnies aériennes d’annuler le reste de votre billet", dénonce Monique Goyens, directrice générale du Bureau européen des consommateurs (Beuc).

Elle ajoute "Ce qui rend cette situation particulièrement injuste, c'est que cette clause obscure est intégrée aux termes et conditions. Lorsque les passagers arrivent à l’aéroport pour utiliser le reste de leur voyage, ils sont généralement choqués de savoir qu’ils ne le peuvent pas et qu'ils doivent débourser des centaines d’euros pour obtenir un nouveau billet ou payer des frais très élevés" .

Ainsi, deux associations des Pays Bas et de Grèce (Consumentenbond et EKPIZO ) ont lancé un recours en justice contre KLM. L'organisation britannique" Which ?" privilégie - pour le moment - le dialogue. Elle a indiqué avoir envoyé des courriers à Air France, KLM, Swiss, Qatar, Emirates, British Airways, Virgin Atlantic, Flybe et Singapore Airlines pour leur demander la fin de la clause. Elle compte mener une action similaire à celle de ses consœurs si elle n'est pas entendue.

L’association de consommateurs grecque KEPKA, la maltaise CA Malta, la tchèque dTest et la danoise Forbrugerrådet Tænk prévoient de dénoncer le dispositif auprès de leurs autorités nationales respectives.

Le BEUC a également écrit à la Commission européenne pour lui demander de prendre l'initiative d'interdire la clause de no-show.

L'association de consommateurs belge Test Achats a pour sa part entamé des poursuites contre Air France, KLM et Brussels Airlines l'été dernier.