Les politiques voyages ne reflètent pas les risques rencontrés par les voyageurs

La dernière édition de la carte des risques voyage pour 2019 vient d'être publiée. Produite par International SOS et Control Risks, deux des plus grands spécialistes mondiaux du risque, elle révèle les dernières évaluations des risques dans le monde pour les voyageurs.

Parallèlement à la publication de cette carte des risques liés aux voyages, le rapport Ipsos MORI "Business Resilience Trends Watch 2019" montre qu'un nombre significatif de décideurs économiques s'attend à une augmentation des risques liés aux voyages l'année prochaine. L'inquiétude est réelle même si la situation s'améliore. 47 % affirment que les risques liés aux voyages ont augmenté au cours de la dernière année. En baisse par rapport à l'année dernière (63 %) et à l'année précédente (72 %). 45 % affirment que les risques sont demeurés les mêmes au cours de la dernière année (2018) et 43 % s'attendent à ce que les risques liés aux déplacements augmentent en 2019. En baisse par rapport aux 52 % prévus d'augmentation du risque en 2018 et aux 57 % prévus en 2017.

Le sondage révèle également que les politiques voyages ne suivent pas l'évolution des besoins d'un effectif moderne : seul un tiers (33%) des organisations couvrent la cybersécurité dans leur politique voyages. Un peu plus d'un quart (26 %) couvrent les considérations relatives aux femmes qui voyagent.18 % couvrent les voyages de loisirs et 14 % les services d'économie partagée. Les considérations relatives aux voyageurs ayant une déficience ou aux problèmes de santé mentale sont couvertes par 10 % et 11 %, respectivement, des politiques voyages.

Les entreprises développent, cependant, des programmes destinés à protéger au mieux leurs voyageurs. L'inclusion d'une évaluation des risques de voyage dans le processus d'approbation des voyages est la réponse la plus courante aux préoccupations en matière de santé et de sécurité au cours de la dernière année, selon 42 % des répondants. Les besoins qui apparaissent ensuite concernent : la mise en œuvre de la formation sur la sécurité des voyages et de la formation sur la sécurité (39 %); la présentation des courriels d'information avant et pendant le voyage (38 %); la mise à jour de la politique sur les risques liés aux voyages (36 %); surveiller et analyser le type et la quantité d'incidents liés à la santé et à la sécurité (29 %); la mise en œuvre de programmes de localisation des voyageurs (29%) et un bilan de santé annuel (28 %).

En plus de ne pas couvrir des points clés comme la santé mentale et la diversité dans leur politique de voyages, il y a d'autres choses que peu d'entreprises font actuellement. Seulement 9% ont mis à jour leur programme de développement durable de l'entreprise pour y inclure leur programme de risque de voyage. Seuls 11 % d'entre eux ont suivi le nombre d'accidents de la route et seulement 21 % ont mis en œuvre un programme permettant aux gens de comprendre leurs problèmes de santé existants lorsqu'ils sont en voyage d'affaires.