Privatisations : Air France peut-être, ADP sans doute

Bruno Le Maire, ministre de l'économie, a confirmé ce samedi 2 septembre lors d'un Forum en Italie le projet de privatisation de plusieurs participations de l'Etat. ADP et Air France sont sur la liste, selon L'Obs.

L'objectif est d'alimenter un Fond de 10 milliards d'euros pour financer l'innovation et placer l'argent du contribuable "pour le futur et non pas pour le passé". Ce projet, déjà évoqué le 6 juillet dernier, se confirme pour l'automne. "Je vais annoncer dans quelques semaines que nous allons privatiser certaines entreprises pour avoir de l'argent afin de financer l'innovation", a annoncé Bruno Le Maire samedi lors d'un forum italien baptisé "The European House-Ambrosetti".

Le patron de Bercy avait indiqué ne vouloir céder aucune entreprise "stratégique à ses yeux". Une phrase qui semble indiquer que le gouvernement ne touchera ni au secteur de l'énergie ni à l'industrie militaire, mais qui d'autre ? Selon l'Obs, Aéroports de Paris, qui exploite Roissy-CDG, Orly et Le Bourget, fait figure de candidat idéal. Les analystes avaient déjà annoncé un scenario ADP fin juillet. "Cédé d'un bloc, ADP rapporterait pas moins de 7 milliards d'euros", affirme le magazine en ligne qui remarque que Vinci, qui possède 8% du capital, serait déjà sur les rangs. L'Obs rappelle que le Président Macron avait déjà songé à privatiser ADP lorsqu'il était à Bercy, mais s'était heurté à une opposition de Manuel Valls et de son secrétaire d’État aux Transports Alain Vidalies. Les temps ont changé et il se trouve qu'Alexis Kohler, secrétaire général de l’Élysée, a lui-même siégé au conseil d'administration d'ADP entre 2010 et 2012.

L'Obs croit savoir que des baisses de participation dans Renault, Air France et Orange pourraient par ailleurs permettre de réunir rapidement les 10 milliards d'euros annoncés.