Tous les aéroports français au nord d’une ligne Nice-Bordeaux fermés jusqu’à mardi 20 avril, 6 heures

Les aéroports de Paris ainsi que 20 aéroports du nord d'une ligne Nice/Bordeaux resteront fermés jusqu’à mardi 20 avril 6 heures.

Après la tenue d'une réunion interministérielle, et après concertation avec les autres pays européens concernés, François FILLON a annoncé, au vu des prévisions météorologiques disponibles, que les aéroports parisiens et tous les aéroports situés au nord d’un axe Nice/Bordeaux seront fermés jusqu’à mardi 20 avril au matin (6 heures, heure locale).

Un nouveau point d’information sera fait au Ministère en charge des Transports en fin de journée, aujourd'hui dimanche 18 avril.

Il est toujours demandé aux voyageurs de ne pas se rendre dans les aéroports fermés au trafic. Ils doivent se tenir régulièrement informés de l’évolution de la situation auprès de leur compagnie aérienne ou de leur agence de voyages.

Le Premier Ministre a rappelé que les passagers voyageant sur les compagnies aériennes européennes ont notamment droit au remboursement de leur titre de transport ou au réacheminement par leur compagnie.

En Europe, la situation reste très perturbée. L’espace aérien britannique restera fermé jusqu’à lundi 6heures GMT. Le transport aérien reste également très perturbé sur l’ensemble de l’Europe du Nord, notamment au Danemark, en Autriche, République Tchèque, Pologne et aux Pays-Bas.

Le nuage de cendre entraîne également de fortes perturbations sur le trafic aérien américain, où de la quasi-totalité des vols en direction de l’Europe ont été annulés. Même chose dans la région Asie-Pacifique, où des milliers de voyageurs sont coincés au départ ou en correspondance dans les grands hub desservant l’Europe, comme Singapour, Hong-Kong et Tokyo. En raison de la fermeture de l’espace aérien Nord-Européen, la compagnie indienne Jet Airways, a quant à elle annoncé que ses vols du samedi 17 avril en provenance et à destination de l’Inde et de l’Amérique du Nord seront perturbés.

Les observateurs estiment que les perturbations du transport aérien par le nuage de cendres issu de l’éruption d’un volcan islandais sont pires encore qu’après les attentats du 11 septembre 2001.

A suivre aujourd'hui sur le site de la DGAC et d'Eurocontrol