Uber et Jump redessinent le vélo électrique

"Ce sont les véhicules électriques légers les plus intelligents qui aient jamais été construits ", affirme son créateur. Mais, est-ce suffisant pour aider Uber à s'imposer sur le marché du vélo en libre-service ?

Le roi du Vtc peine à trouver sa place sur le marché des vélos et scooters électriques. Plus tôt cette année, l'entreprise a fait l'acquisition du service de vélo électrique en libre-service Jump pour 200 millions de dollars. Aujourd'hui, grâce à une équipe d'ingénieurs qui a quadruplé depuis l'achat, Jump lance un vélo électrique entièrement redessiné, visant à rendre son utilisation plus simple et plus agréable à conduire pour les utilisateurs.

L'objectif, à terme, va beaucoup plus loin qu'un simple vélo électrique. L'entreprise veut utiliser la même ingénierie pour révolutionner le marché de tout véhicule électrique à deux roues, y compris les scooters omniprésents, qu'elle propose également sur certains marchés.

Mais encore faut-il que les véhicules partagés soient suffisamment solides. Même si les entreprises de vélo en libre-service réussissent à rassembler toute la technologie nécessaire pour suivre et alimenter un vélo dans un modèle prêt à l'emploi, il n'est toujours pas conçu pour une utilisation grand public. "L'utilisation d'un véhicule partagé est un monde complètement différent de celui d'un véhicule personnel. C'est 10 fois plus de kilomètres parcourus et donc, 10 fois plus d'usure."