Le Royaume-Uni ferme ses frontières aux Français pour cause de variant… sud-africain

Nos voisins d’Outre-Manche semblent fâchés avec la géographique de notre pays. Ils maintiennent une quarantaine pour toutes les personnes en provenance de France, en raison de la présence persistante du variant Bêta pourtant présent surtout à la Réunion et à Mayotte…

L’Angleterre lève ce lundi les dernières restrictions sanitaires contre la pandémie. Outre-Manche, l’on parle du «Freedom Day» ou jour de la liberté… Le masque n’est plus obligatoire dans les transports – sauf à Londres, à l’initiative du maire Sadiq Khan – et lieux publics (magasins, pubs…). Au sein du Royaume-Uni, l’Écosse, le Pays de Galles et l’Irlande du Nord se montrent plus prudentes et vont supprimer plus progressivement ces dernières restrictions.

La communauté scientifique est en effet vent debout contre cette décision du gouvernement britannique, au regard du nombre de cas de Covid dépassant les 50 000 par jour, et de la reprise des hospitalisations. Symbole de la dégradation de la situation, Boris Johnson est cas contact et à ce titre placé à l’isolement… comme des centaines de milliers d’autres citoyens britanniques.

Or, c’est le moment que choisit le Royaume-Uni pour annoncer une mesure d’exception concernant la France. Les adultes entièrement vaccinés souhaitant se rendre outre-Manche et en provenance d’un pays classé Ambre n’ont plus en effet à observer de quarantaine à compter de ce lundi. Mais pas les personnes venant de France – quelle que soit leur  nationalité – même si l’on compte aujourd’hui cinq fois mois de cas quotidiens de Covid de ce côté-ci de la Manche.

Les Britanniques invoquent la «présence persistante» de cas du variant sud-africain – ou Bêta – en France. Une inquiétude liée au fait que ce variant serait plus résistant à l’Astra-Zeneca, le vaccin majoritairement inoculé aux Britanniques. Or, dans l’Hexagone, le variant Delta (ou Indien) est aujourd’hui très majoritaire, le Bêta ne représentant que 8,7% des cas mi-juillet. Mais il est en effet très majoritaire à la Réunion et à Mayotte (+ de 90% des cas recensés).

Il n’y a pas de vols directs entre les deux îles de l’Océan indien et le Royaume-Uni. Et pour se rendre dans l’Hexagone depuis les deux départements ultra-marins, il faut être vaccinés ou présenter un test PCR et justifier de motifs impérieux. Bref, on comprend mal cette mesure d’exception réservée aux personnes en provenance de France malgré le statut Ambre de notre pays, d’autant que la quarantaine britannique est sévère (dix jours) et doit être complétée par deux tests Covid (les 2ème et 7èmes jours de la quarantaine) réservés à l’avance et bien sûr réglés par les voyageurs eux-mêmes. A moins qu’il ne s’agisse d’une sérieuse méconnaissance de la géographie française. Et que nos voisins britanniques ne situent la Réunion et Mayotte au large des côtes bretonnes…