SNCF : « Pas d’inflation tarifaire » malgré le manque à gagner

Malgré un manque à gagner estimé à 3 milliards d’euros, l’opérateur ferroviaire français ne prévoit pas, pour le moment, d’augmenter ses prix. « Il n’y aura pas d’inflation tarifaire » a assuré, mardi 19 mai, le Secrétaire d’Etat aux Transport, Jean-Baptiste Djebbari.

- Publicité -

Alors que le trafic reprend progressivement, Jean-Baptiste Djebbari assure que « les prix pratiqués à l’occasion de cette reprise ne seront pas supérieurs à ceux que les Français connaissent habituellement. »  On pouvait effectivement redouter une hausse des prix des billets, la pandémie de Covid-19, consécutive à la grève des cheminots, a fortement amputé les finances de la SNCF.

La SNCF ne pourra donc pas se refaire une santé économique sur le dos des vacanciers. A la suite de l’annonce du gouvernement sur les vacances d’été, l’entreprise a d’ailleurs rouvert ses réservations pour juillet et août. Pris d’assaut, le site de la compagnie ferroviaire a enregistré 140 000 ventes de billets en trois jours, assure Alain Krakovitch, directeur de SNCF Voyages. Soit deux fois plus que lors des deux derniers mois cumulés, rapporte l’AFP. La plupart vers des destinations touristiques prisées des Français, dans le sud du pays notamment.

Le retour vers une activité normale ne permettra pas, cependant, de compenser le manque à gagner de 3 milliards d’euros accumulé par la SNCF. Plombée par les grèves et la pandémie, la compagnie s’en remet à l’exécutif, qui tarde à intervenir. « L’Etat, évidemment, aidera la SNCF », promet Jean-Baptiste Djebbari. Le gouvernement attendrait la fin de la crise pour agir, afin d’avoir « une vision assez juste de ce qui s’est passé sur le plan financier. »