Qui sont les ministres « voyage d’affaires » du gouvernement Attal ?

3301
Liste des ministres
Alexis Kohler, Secrétaire général de l'Elysée, annonce la composition du gouvernement Attal.

Ce jeudi 11 janvier, l'ossature du gouvernement Attal a été annoncée. Pour l'Economie, les Affaires étrangères et la Transition écologique, c'est fait. Les acteurs de l'industrie du business travel devront a priori attendre quelques jours supplémentaires pour connaître leur interlocuteur au Tourisme et aux Transports.

Les promus 3 étoiles du Michelin ? La prochaine Palme d'Or cannoise ? Les nouveaux noms référencés au Robert ? Non, décidément, en termes de suspense à la française, rien ne surpasse l'insoutenable attente de la distribution des maroquins par temps de remaniement gouvernemental. Enfin, surtout pour ceux qui aspirent à en être.

Ce jeudi 11 janvier, les acteurs du voyages d'affaires devront prolonger cette intolérable expectative pour connaître l'identité de tous les ministres qui agissent sur le terrain de leur activité. En effet, vers 19h30 ce jour-là, le Secrétaire général de l'Elysée n'a révélé que trois des cinq noms qui les concernent professionnellement, plus ou moins directement : Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances, de la Souveraineté industrielle et numérique, Sébastien Séjourné, ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, et Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires.

Pour le premier, record de longévité (presque 7 ans) confirmé à Bercy. En Europe et à portefeuille comparable, seul l'Allemand Wolfgang Schäuble fait mieux : 8 ans, de 2009 à 2017. Si Bruno Le Maire a pour ambition d'apparaître dans le Guiness Book à ce sujet, il lui suffit de tenir une grosse année supplémentaire, Wolfgang Schäuble ne le rattrapera pas pour l'indubitable raison qu'il est mort le 26 décembre dernier.

Pour le second, outre le fait qu'il porte le même patronyme que mon instituteur de CM2, notons qu'il est le compagnon de Gabriel Attal. A notre connaissance, ce sera le premier couple à côtoyer le même Conseil des ministres. "Couple officiel", veut-on dire. Il remplace, au poste de patron de la diplomatie française, Catherine Colonna. En ce sens, avec Christophe Béchu, qui prend celui d'Amélie de Montchalain, il participe au déséquilibre du gouvernement Attal, pour l'heure, en faveur des hommes.

Liste complémentaire

Les plus éminents analystes de la vie politique française considèrent qu'une liste complémentaire, pour des portefeuilles considérés comme moins importants, sera annoncée la semaine prochaine. Ceux qui concernent l'industrie "voyage d'affaires" sont le Tourisme et les Transports. 

C'est sans aucun doute inélégant, c'est peut-être douteux, mais telle est la réalité à prendre en compte pour qui veut se prêter à la prospective : Olivia Grégoire, nonobstant ses qualités, a de bonnes chances d'être confirmée comme ministre déléguée chargée des Petites et Moyennes Entreprises, du Commerce, de l'Artisanat et du Tourisme, parce qu'elle a la bonne idée d'être une femme. Aux Transports, Clément Beaune est plus incertain. Outre son chromosome Y, le peu d'enthousiasme qu'il exprima concernant la récente loi "Immigration" pourrait lui être fatal. Il n'avait pourtant pas quitté le gouvernement. Les circonstances pourraient l'y aider.

Si cette liste complémentaire peut permettre au gouvernement Attal d'atteindre la parité hommes-femmes, ce ne sera qu'en termes numériques. Sous l'angle "poids politique", c'est déjà mort : dans la liste annoncée ce jeudi 11 janvier, les trois ministres délégués sont des femmes, alors que la totalité des ministères régaliens sont confiés à des hommes...

Autre équilibre qu'il est déjà vain de tenter d'atteindre : celui qui partage à égalité les portefeuilles distribués aux "traitres de droite" et aux "traitres de gauche", selon les termes de Rachida Dati, à propos de la "Macronie", en 2021. Pour compenser la coloration droitière de ce gouvernement, il faudrait au moins Jean Jaurès à la Réindustrialisation de la production médicamenteuse nationale et Léon Blum à la Réforme des uniformes scolaires. Peu probable : ce sont des hommes.

La liste des ministres annoncée ce jeudi 11 javier 2024 :

Le Premier ministre, Gabriel Attal, est chargé de la planification écologique et énergétique. 

  • Bruno Lemaire, ministre de l'économie, des finances et de la souveraineté industrielle et numérique ;
  • Gérald Darmanin, ministre de l'intérieur et des outre-mer ;
  • Catherine Vautrin, ministre du travail, de la santé et des solidarités ;
  • Amélie Oudéa-Castéra, ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse, des sports et des Jeux olympiques et paralympiques ;
  • Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire ;
  • Rachida Dati, ministre de la culture ;
  • Sébastien Lecornu, ministre des armées ;
  • Eric Dupond-Moretti, garde des Sceaux, ministre de la justice ;
  • Stéphane Séjourné, ministre de l'Europe et des affaires étrangères ;
  • Christophe Béchu, ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires ;
  • Sylvie Retailleau, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Sont nommés ministres délégués auprès du Premier ministre :

  • Prisca Thevenot, en charge du renouveau démocratique, porte-parole du Gouvernement 
  • Marie Lebec, en charge des relations avec le Parlement 
  • Aurore Bergé, en charge de l'égalité femmes hommes et de la lutte contre les discriminations.