Sid-Ahmed Chikh-Bled (KillBills) : « Nous souhaitons nous développer sur le marché corporate »

435

Après avoir levé 4 millions d’euros en mars dernier, la startup spécialisée dans la dématérialisation de ticket de caisse poursuit son développement. L’objectif : accroître sa présence sur le marché corporate et nouer de nouveaux partenariats. 

Pouvez-vous commencer par nous rappeler ce qui va changer à compter du 1er août 2023 ? Quelle nouvelle loi entre en vigueur ? 

Sid-Ahmed Chikh-Bled
Sid-Ahmed Chikh-Bled, CEO et co-fondateur de KillBills

Je ne dirais pas que c’est une révolution mais une vraie évolution. L’impression systématique du ticket de caisse sera supprimée et il ne sortira que sur demande du client. C’est un vrai changement de paradigme. Pour info, plus de 30 milliards de tickets de caisse sont émis en France chaque année avec une durée de vie moyenne de 3 secondes. D’un point de vue écologique c’est totalement aberrant. Si les choses étaient déjà en train de changer, à compter du 1er août cela deviendra une obligation. Ça va également permettre d’accélérer la digitalisation en entreprise. Il existe à ce jour plusieurs solutions pour dématérialiser les tickets de caisse en utilisant une adresse email ou une carte de fidélité. Mais il faut donner ou détenir quelque chose…C’est pour cela qu’à la base nous avons créé KillBills. Grâce à notre solution, le collaborateur reçoit son ticket de caisse directement dans son espace bancaire au moment du paiement, grâce aux commerçant partenaires. Son compte est relié à la banque ce qui permet d’automatiser totalement le process.

Vous avez récemment annoncé un partenariat avec Expensya et Mooncard. Le marché corporate est-il un marché sur lequel vous souhaitez vous développer ? 

Le marché corporate est effectivement un marché sur lequel nous souhaitons nous développer. Nous sommes déjà associés aux solutions expense d’Expensya ou bien encore Mooncard et le véritable enjeu pour la clientèle corpo est de fournir un remboursement rapidement. Pour que cela fonctionne, il faut nouer des partenariats avec les commerçants et les banques. Cela prend beaucoup de temps et ces sociétés expense ne l’ont pas. D’où l’intérêt de s’associer avec nous. Sur le marché corporate nous sommes en discussion avec plusieurs acteurs, dont SWILE ou bien encore Amex GBT…Notre volonté est de se développer sur ce segment.

La consolidation du marché expense joue-t-il en votre faveur ? 

La consolidation du marché expense joue clairement en notre faveur. Cela veut dire que les acteurs avec lesquels nous souhaitons collaborer sont plus gros et qu’il y en a moins à démarcher. En parallèle, les neo-banques ont donné un coup de pied dans la fourmilière avec des solutions ultra innovantes en faisant passer le message suivant : ‘si nous n’arrivons pas à développer un projet en interne nous rachetons un acteur innovant pour le faire.’ 

> A lire aussi : GLVA23 – Expense : un contexte propice à l’adoption de solution technologique et à la consolidation du marché

Je pense que cela n’est que le début et que de plus en plus de gros acteurs vont mettre la main sur des sociétés innovantes pour avoir « la crème de la crème » en matière de techno. En parallèle, pour les jeunes pousses, il est beaucoup plus compliqué de lever des fonds et de trouver des financements depuis un an et demi, ce qui incite à accepter certaines offres. On parle d’un double effet positif tant pour l’écosystème des startups que pour les grandes entreprises.

Et de votre côté, un rachat potentiel est-il d’actualité ? 

Nous souhaitons garder notre indépendance pour le moment. Nous n’avons pas l’impression d’être allés jusqu’au bout de notre projet et il y a encore beaucoup de choses à faire et de partenariats à nouer. Notre objectif aujourd’hui est de devenir le leader de la dématérialisation du ticket de caisse en nous concentrant sur le marché français, mais avec une volonté de s’internationaliser en Europe, notamment en Espagne et en Italie. Grâce à nos partenaires, nous avons déjà un pied à l’international ce qui est un avantage. 

Vous avez levé des fonds lors du premier trimestre 2023, en quoi ce financement va-t-il vous être utile ? 

Nous avons levé 4 millions d’euros à la fin du mois de mars 2023 et cet investissement va essentiellement nous servir à consolider notre technologie et à recruter des commerciaux et responsables de partenariat. Le développement de notre réseau bancaire est également une priorité puisque c’est ce réseau qui fera notre force.