ADP : résultats 2023 en forte croissance et Augustin de Romanet « prêt pour un troisième mandat »

1244

Aéroports de Paris publie ses résultats pour l’année 2023 et se dit confiant pour 2024. A cette occasion, le groupe avait convié la presse ce jeudi 15 février lors d’une conférence où Augustin de Romanet a pris la parole pour dresser le bilan de l’année écoulée et confirmer sa disponibilité pour un troisième mandat.

Avec 336,4 millions de passagers au niveau du groupe et 99,7 millions pour les aéroports parisiens, ADP approche le niveau de 2019 et fait de l’année 2023 sa nouvelle année de référence. Avec un chiffre d’affaires de 5 495 millions d’euros, soit une croissance de 17,2% par rapport à 2022, et un résultat net de 631 millions d’euros, contre 516 millions l’année précédente, son Président, Augustin de Romanet, se félicite d’avoir atteint « tous les objectifs financiers » et se dit confiant pour 2024. « Nous avons débuté l’année en signant un accord salarial avec la CGT et la CFDT, les résultats sont bons et les perspectives prometteuses, ce qui nous permet d’aborder 2024 sereinement », déclare-t-il.

Un niveau de trafic quasi égal à celui de 2019

Du côté du trafic, la croissance reste solide même si la part du domestique ne cesse de décroître et n’a retrouvé que 75% de son niveau de 2019. Selon Philippe Pascal, Directeur général adjoint, Finances, Stratégie et Administration, ce chiffre s’explique par plusieurs facteurs, dont la suppression des lignes intérieures en cas d’alternative de liaison ferroviaire de moins de 2h30, les multiples mouvements de grèves et la conscience écologique des passagers. « Les Français prennent de moins en moins l’avion sur le domestique, ce qui n’est pas une mauvaise nouvelle pour la planète mais nous demande de nous adapter en nous concentrant sur le trafic international », commente-t-il. Ce dernier retrouve plus de 94% de son niveau de 2019, porté par un fort retour des voyageurs Nord-Américains et Africains. La reprise avec l’Asie-pacifique (68,8%) s’avère plus lente et progressive, en particulier avec la Chine avec 46 vols hebdomadaires depuis/vers Paris contre 79 en 2019.

JO de Paris : ADP dans les « starting blocks »

Pour 2024, le groupe se dit confiant concernant les résultats économiques, malgré la hausse de la taxe aéroportuaire et se concentre sur son défi principal : les Jeux Olympiques et Paralympiques. « Les équipes ont travaillé d’arrache-pied sur le sujet des JO et nous serons prêts pour l’échéance », affirme Augustin de Romanet. Si le président assure que l’impact pour les « autres voyageurs » sera limité durant cette période, notamment grâce à un Terminal dédié pour les athlètes et délégations, il met en garde face aux difficultés d’accès aux aéroports. Selon lui, les JO vont servir de laboratoire pour tester de nouveaux process, telles que la décentralisation de l’enregistrement à distance et l’amélioration du parcours voyageur pour les personnes en situation de handicap.

> A lire aussi : Jeux olympiques : quand faudra-t-il éviter les aéroports parisiens ?

Sur le sujet de l’attente aux contrôles des frontières, le déploiement de SAF Parafe et le renforcement des équipes devrait permettre de gérer les flux sans trop d’attente. En revanche, le Président d’ADP redoute un rallongement des temps d’attente à compter de l’automne prochain avec l’entrée en vigueur de l’EES (système d’entrée-sortie ou Entry Exit System). Ce nouveau dispositif mis en place dans les pays membres de l’UE nécessitera une double identification biométrique pour tous les voyageurs internationaux de pays tiers souhaitant entrer dans l’espace Schengen. « Je suis très inquiet là-dessus et je pèse mes mots », déclare-t-il. Augustin de Romanet craint des temps d’attente avoisinant ou dépassant 1h et a peu d’espoir concernant un éventuel report.

Vers un troisième mandat pour le patron d’ADP ? 

Enfin, à la question : « Êtes-vous disponible et prêt à repartir sur un troisième mandat ? » Le président répond par l’affirmative. Avant d’ajouter : « Je n’ai pas pris de rendez-vous après le 20 mars donc oui je suis disponible », en allusion à la tenue d’un conseil d’administration du groupe qui doit proposer une liste de nouveaux administrateurs. La prochaine assemblée générale des actionnaires du groupe, dont l’Etat est majoritaire, se tiendra le 21 mai.