Aérien : 4,7 milliards de passagers attendus en 2024

1119

IATA publie ses projections de rentabilité pour les compagnies aériennes d’ici fin 2023 et 2024. Selon elle, l’aérien transportera 4,7 milliards de passagers, soit un record depuis 2019 et enregistrera 25,7 milliards de dollars de bénéfices. 

Après deux années de crise, la rentabilité pour les compagnies aériennes est à la hausse en 2023 et se stabilisera en 2024. Selon IATA, les bénéfices nets du secteur aérien devraient atteindre 25,7 milliards de dollars en 2024 (marge bénéficiaire nette de 2,7 %). Les bénéfices d’exploitation, eux, devraient atteindre 49,3 milliards de dollars en 2024, contre 40,7 milliards en 2023.Les revenus totaux en 2024 devraient croître de 7,6 % sur un an pour atteindre un montant record de 964 milliards de dollars.

> A lire aussi : IATA prévoit un retour aux bénéfices dès 2023 pour les compagnies aériennes

Au total, le volume de voyageurs devrait également atteindre 4,7 milliards de personne, soit un record historique qui dépasse les 4,5 milliards enregistrés en 2019. En PKT, le trafic sera même supérieur de 4,5 %. « Les gens adorent voyager et cela a aidé les compagnies aériennes à revenir aux niveaux de connectivité d’avant la pandémie. La rapidité de la reprise a été extraordinaire ; Pourtant, il semble également que la pandémie ait coûté à l’aviation environ quatre années de croissance. À partir de 2024, les perspectives indiquent que nous pouvons nous attendre à des modèles de croissance plus normaux pour les passagers et le fret », a déclaré Willie Walsh, directeur général de l’IATA.

Le niveau de revenu de 2019 bientôt dépassé

Selon IATA, cette hausse de l’activité couplée à l’inflation du prix des billets d’avion va conduire les compagnies à dépasser leur niveau de revenus de 2019 dès cette année. Après avoir perdu 183 milliards de dollars en l’espace de trois ans, le secteur a donc réussi sa reprise et est désormais sur la voie de « la stabilisation » pour 2024.

> A lire aussi : Olivier Benoit (Advito) : “Le plan de décarbonation de IATA n’est pas crédible”

En parallèle, les émissions de CO2 de l’industrie en 2024 devraient s’élever à 939 millions de tonnes et l’industrie promet d’augmenter son utilisation de SAF. IATA estime que la production de SAF pourrait atteindre 0,53 % de la consommation totale de carburant des compagnies aériennes en 2024, ce qui ajouterait 2,4 milliards de dollars à la facture de carburant de l’année prochaine.