Air France-KLM amorce la reprise pour ce premier trimestre 2022

Le groupe aérien dépasse ses prévisions de bénéfices grâce à une hausse des réservations au premier trimestre 2022. L’EBITDA positif s’établit ainsi à 221 millions d’euros, contre une perte de 628 millions d’euros l’an passé. 

Malgré un début d’année marqué par la recrudescence de cas du variant Omicron, la reprise s’est accélérée en mars avec des réservations dynamique pour la saison estivale. En revanche, la guerre en Ukraine a entraîné une hausse des prix du carburant et un ralentissement des réservations « sur une très courte durée ». 

Dans ce contexte, le groupe affiche un résultat net de -552 millions d’euros, soit une amélioration à hauteur de 930 millions d’euros par rapport au premier trimestre 2021 et des recettes qui atteignent 4 445 millions d’euros. Avec un EBIDTA positif à 221 millions d’euros, la dette nette de Air France-KLM est en baisse de 0,6 milliard d’euros par rapport à fin 2021. 

Selon Ben Smith, Directeur général du groupe : « La performance du Groupe Air France-KLM au premier trimestre 2022 confirme que la reprise est là. Malgré un contexte difficile, avec l’effet du variant Omicron, la situation en Ukraine et la forte hausse des prix du carburant, le Groupe affiche une nouvelle fois un EBITDA positif et a engrangé un volume important de réservations pour les trimestres à venir. Le mois de mars a notamment été très encourageant avec une augmentation significative de la demande pour le trafic à motif affaires et premium, complétant la demande déjà forte pour le trafic de loisirs (tourisme) et les visites aux proches (VFR) sur l’ensemble de notre réseau mondial. Cela ouvre la voie à une saison estivale réussie pour toutes nos activités, que nous continuons à renforcer grâce à notre vaste plan de transformation. » 

Pour le deuxième trimestre, Air France-KLM table sur une capacité pour l’activité passagers de l’ordre de 80 à 85% et entre 85 et 90% pour le troisième trimestre. « La capacité en sièges-kilomètres offerts pour Transavia est attendue à un indice supérieur à 100 pour les deuxième et troisième trimestres 2022 par rapport à 2019 », indique la compagnie à travers un communiqué. 

En détail, le groupe affiche une forte performance dans les zones Caraïbes, océan Indien, Afrique et Amérique du Sud. Sur la zone Atlantique Nord, avec la levée de la plupart des restrictions courant février/mars, la compagnie a enregistré une augmentation de la capacité depuis mi-janvier. Sur le moyen-courrier : « La propagation d’Omicron a conduit à une forte réduction de capacité en début d’année. Le yield est au niveau de 2019, aidé par les contraintes de capacité. Le trafic corporate a progressivement augmenté au cours du trimestre ». Même chose pour les court-courriers, qui enregistrent une bonne amélioration du trafic corporate au mois de mars.