IAG et Lufthansa : pertes proches de celles d’Air France-KLM en 2020

Les trois grands groupes aériens européens affichent des pertes nettes avoisinant les 7 milliards d’euros l’an dernier.

Il y a une quinzaine de jours, Air France-KLM annonçait une perte nette de 7,1 milliards d’euros sur l’année 2020. Ses deux principaux concurrents n’auront pas fait mieux l’an dernier. Le groupe IAG (British Airways, Iberia, Vueling, Aer Lingus…), a enregistré une perte de 6,9 milliards d’euros. Le Lufthansa Group (Lufthansa, Swissair, Austrian, Eurowings, Brussels Airlines) a bouclé également l’année 2020 dans le rouge vif, avec une perte record de 6,7 milliards d’euros. Un résultat présenté comme meilleur que ceux de ses concurrentes, au regard notamment d’un chiffre d’affaires largement supérieur (36,4 milliards d’euros), ce qui est également le cas d’Air France-KLM (11,1 milliards) vis à vis d’IAG (7,8 milliards).

> Lire aussi: Air France-KLM : un bilan plombé par une année à oublier

Pour les trois groupes aériens européens, comme pour la majorité du secteur du transport aérien, le ciel reste sombre en ce début d’année 2021. Tous devraient enregistrer encore des pertes cette année. En attendant de retrouver une activité plus « normale », les plans de soutien conséquents des États doivent toutefois leur permettre de traverser cette période très difficile (encore 14 mois de liquidités pour Air France). Mais certains acteurs européens semblent rencontrer des difficultés insurmontables. CSA Czech Airines, membre de SkyTeam (l’alliance d’Air France), aurait ainsi annoncé ces jours-ci à l’ensemble de son personnel qu’il allait être licencié. La consolidation du secteur pourrait également aider des transporteurs à traverser des mauvaises passes qui datent pour certains d’entre eux d’avant la crise. Alitalia, après Air France-KLM et Etihad Airways, se tournerait désormais vers Lufthansa pour trouver une solution de sauvetage.