Les pilotes de easyJet tirent la sonnette d’alarme, le personnel de Ryanair se met en grève

Deux syndicats espagnols ont appelé ce lundi le personnel de Ryanair à entamer une grève de six jours pour le début des vacances d’été. Les pilotes français d’easyJet, eux, s’inquiètent du manque d’effectif et mettent en garde contre des risques d’annulations massives de vols. 

L’été s’annonce « chaud » du côté du trafic aérien ! Après deux années marquées par la pandémie, le secteur doit aujourd’hui faire face à une pénurie de personnel et des grèves à répétition. Après le groupe Lufthansa, c’est au tour de la low cost easyJet de se voir menacée de nombreuses annulations de vols ces prochains mois. En cause : des équipes en sous effectif, «essentiellement chez les hôtesses et stewards et un peu chez les commandants de bord», indique le président du Syndicat national des pilotes de lignes (SNPL) de la compagnie Arnaud Wiplier. Les pilotes français ont ainsi décidé d’écrire une lettre à la direction pour la mettre en garde contre des risques d’annulations massives de vols. La SNPL craint « un exode de clients alors que des milliers de personnes se sont retrouvées bloquées par l’annulation de centaines de vols pendant la pause scolaire et les journées du Jubilé ». Selon Arnaud Wiplier, les perturbations ayant déjà lieu vont « atteindre leur apogée cet été ».

A lire aussi : Lufthansa et Eurowings annulent plus de 1 000 vols en juillet

En parallèle, deux syndicats espagnols ont appelé à une nouvelle grève du personnel chez Ryanair. Un mouvement qui devrait durer six jours, du 24 juin au 2 juillet. Leur objectif : obtenir une amélioration des conditions de travail en obligeant la compagnie à appliquer «les droits fondamentaux du travail» et «à parvenir à un accord» pour garantir «des conditions de travail décentes pour l’ensemble des salariés». Cette grève intervient alors que le trafic aérien est en hausse et que plusieurs aéroports à travers le pays ont connu des scènes de chaos à cause du manque de personnel. 

> A lire aussi : Tribune JL Baroux – Le différentiel lowcost/legacy s’amenuise