Plan de sobriété énergétique : les entreprises et les transporteurs invités à appuyer sur le frein

269

Le gouvernement a présenté aujourd’hui son plan de sobriété énergétique. Parmi les mesures proposées, plusieurs concernent les entreprises et le secteur du transport. 

Chose promise, chose due, le gouvernement a présenté dans la journée son plan de sobriété énergétique. Ce plan comporte plusieurs dizaines de mesures qui concernent de nombreux secteurs afin de réaliser des économies d’énergie. L’objectif : réduire de 10% sa consommation dès maintenant « afin d’éviter les possibles coupures d’électricité pendant les mois les plus froids », a déclaré Agnès Panier-Runacher, ministre de la Transition énergétique. 

> A lire aussi : [Replay] Stratégie « Voyage d’Affaires » (1/2) – « La RSE, non plus un désir mais une nécessité », Mark Cuschieri

Parmi elles, le chauffage pour les locaux à usage d’habitation, d’enseignement, de bureaux ou recevant du public doit être établi à 19 degrés maximum et la climatisation à 26 degrés. Lorsqu’ils sont inoccupés, ces espaces doivent baisser le chauffage à 16 degrés, voire 8 degrés, lorsqu’ils sont laissés vides plus de deux jours. De même, il est suggéré d’arrêter les systèmes de ventilation dans les locaux d’entreprise inoccupés, par exemple le soir ou les week-ends, d’entretenir le matériel et d’isoler les réseaux d’eau.

Télétravail et mobilité douce

Les entreprises sont également invitées à renforcer le télétravail qui, selon le gouvernement, représente « un gisement d’économies d’énergie sur les transports et pour les bâtiments lorsqu’il est bien organisé ». En parallèle, les employeurs doivent participer au déploiement des modes de transport alternatifs à la voiture, en participant à l’extension du forfait mobilités durables. L’employeur pourra aussi prendre en charge le forfait de transport en commun ou de service public de vélo jusqu’à la fin d’année prochaine. Cette prise en charge sera exonérée d’impôt sur le revenu et de cotisations pour les salariés jusqu’à 75%.

> A lire aussi : La compensation carbone, un outil vraiment efficace contre le réchauffement climatique ?

Concernant les déplacements professionnels, les employeurs sont appelés à privilégier le train plutôt que la voiture ou l’avion et de recourir à la vision conférence ou préférer les déplacements regroupés par zone.

Les transporteurs appelés à accélérer leur transition

Du côté des transports, des détecteurs de mouvement et des minuteurs vont être installés dans les gares afin d’optimiser l’éclairage. Les opérateurs de trains sont invités à consommer moins en privilégiant l’écoconduite et, dans les aéroports, la consommation énergétique doit être limitée en optimisant les besoins en chauffage et climatisation. Pour les avions, les compagnies doivent réduire leur consommation de carburant au sol comme en vol et avoir recours «à l’énergie électrique lorsque l’avion est au sol». Globalement, les acteurs du marché du secteur doivent accélérer leur transition énergétique, notamment dans l’aérien. Selon l’exécutif : «Avec certaines ruptures technologiques, la prochaine génération d’appareils pourrait livrer des gains d’efficacité […] de l’ordre de 25 à 30 %». « Les changements de comportements que nous obtiendrons à travers le plan de sobriété, nous ne reviendrons pas dessus », a assuré Stanislas Guerini, ministre de la Transformation et de la Fonction publiques.