Roaming (2/2) : comment l’eSIM facilite l’usage de la data en itinérance

1357

Face aux pratiques commerciales des principaux opérateurs télécoms en matière de frais d’itinérance à l’international, plusieurs acteurs souhaitent apporter plus de transparence et de compétitivité au secteur. Une ambition que la technologie eSIM, ou carte SIM virtuelle, est susceptible de transformer en réalité. Comment fonctionne-t-elle ? En quoi révolutionne-t-elle la distribution des offres de téléphonies ? Mais surtout, comment peut-elle faciliter l’usage de la data en itinérance par les voyageurs d’affaires ? 

Au regard des différents forfaits internationaux proposés par les opérateurs télécoms, on pourrait penser que les grands voyageurs sont parfaitement équipés pour profiter d’une bonne connectivité à l’international. Ce n’est pourtant pas l’avis partagé par certains acteurs qui s’attaquent au segment avec la volonté d’apporter transparence et compétitivité à l’industrie.

> A lire aussi : Roaming (1/2) : état des lieux des offres data dédiées aux voyageurs d’affaires 

“Aujourd’hui, 70% des voyageurs internationaux sont des silent roamers, c’est à dire qu’ils désactivent la data de leur téléphone en voyage pour utiliser seulement une connexion via wifi”, déplore Eduardo Ronzano, CEO de Kolet, une startup qui a lancé, début 2024, un service d’eSIM, une carte SIM virtuelle, en partenariat avec des distributeurs de voyage. 

L’eSIM ou la carte SIM virtuelle

Comme dans sa version physique, la carte SIM virtuelle permet à son détenteur de profiter d’un forfait de téléphonie mobile, pour l’heure cantonné à une offre data. “L’utilisateur peut accéder à différents forfaits de données mobile – local, régional ou global – qui permettent de voyager entre différents pays ou au sein du même pays en profitant d’une offre data”, nous explique Elliot Cohen, Comms Lead France & Bénélux pour Revolut.

> A lire aussi : La fin des frais de roaming en Europe confirmée pour le 15 juin 2017

Chez Revolut comme chez Kolet, le paramétrage de l’eSIM ne se fait pas au détriment de la carte SIM principale du téléphone, qui peut toujours être utilisée à tout moment. L’installation et le paramétrage sont automatisés chez Revolut, tandis que Kolet propose un tutoriel pour guider l’utilisateur à chaque étape. “Ma mère de 70 ans est parvenue à l’installer”, sourit Eduardo Ronzano.

Profiter d’une meilleure connectivité en voyage

Dans des zones où la tarification des données mobiles est élevée, la solution permet ainsi de bénéficier des services de son téléphone. “On a Google Maps pour se rendre à l’hôtel, on a Uber si besoin, on peut voir les reviews des restaurants, informer ses proches pour dire que tout va bien mais aussi accéder à ses mails ou à Slack”, énumère Eduardo Ronzano.

Le tout, sans avoir besoin de se connecter au wifi de l’hôtel ou sans craindre de recevoir une facture téléphonique d’un montant exorbitant pour s’être connecté quelques minutes de connexion à internet. Qu’en est-il de la qualité de la connexion ? Les deux concurrents indiquent collaborer uniquement avec des opérateurs télécoms prioritaires sur le réseau pour assurer une une meilleure qualité de service.

Plus de contrôle sur la consommation de la data 

Une fois après avoir consommé la quantité de données prévus dans un forfait international, la plupart des opérateurs applique une facturation au compteur sur le surplus de data consommé. “SFR facture 13 200€ le Go de données en Thaïlande, lorsque vous avez épuisé votre forfait avec Kolet, vous pouvez payer 3,99€ pour un Go supplémentaire de données”, explique le CEO de la startup.

Des tarifs attractifs et rendus possible chez Kolet grâce à un travail de négociations avec les opérateurs télécoms locaux, tandis que Revolut s’appuie sur l’infrastructure réseau de One Global, son partenaire télécom à l’international.

> A lire aussi : Téléphonie : la fin programmée des frais d’itinérance entre le Canada, Les USA et 19 pays d’Amérique Latine

En fonction des régions du monde dans lesquelles ils séjournent, les voyageurs paient le gigaoctet de données 8,99€ chez Kolet et 8€ chez Revolut au maximum. L’offre eSIM de la fintech couvre actuellement 100 pays dans le monde tandis que Kolet est déjà présente dans 130 pays au moment de rédiger ces lignes et prévoit d’intégrer 180 marchés d’ici juin 2024, ce qui correspond à la couverture internationale proposée par les principaux opérateurs télécoms. 

Un aperçu du tableau de bord Revolut permettant de gérer sa consommation de données en itinérance via l’eSIM. © Revolut

L’impact de l’eSIM sur la distribution des offres de téléphonie

Si l’innovation peut paraître moins excitant que le développement d’une intelligence artificielle, les usages qui en découlent sont tout autant révolutionnaires, selon le fondateur de la jeune pousse. “La distribution des produits télécoms va changer pour toujours. Désormais, on peut être chez soi, télécharger une application, installer une eSIM et accéder à une nouvelle offre télécom instantanément”, poursuit-il.

Pour Revolut, il s’agit d’un service complémentaire à sa gamme dédiée au voyage. “L’eSIM vient comme une addition à cela et va permettre de rendre le voyage beaucoup plus confortable, ce qui fait partie des ambitions de Revolut à travers une solution tout intégrée dans la logique des super apps”, détaille Elliot Cohen qui reconnaît également dans ce service une opportunité de pousser les usages de Revolut dans le cadre d’un voyage. 

Un service qui doit faire ses preuves

Si la promesse et les tarifs proposés sont plus qu’alléchants, encore faut-il que les voyageurs sautent le pas. Pour montrer la voie, Kolet et Revolut mise sur une offre d’essai permettant à tout un chacun de profiter d’un pack données gratuitement lors d’un séjour : 1 Go offert chez Kolet et 100 Mo pour les utilisateurs de Revolut.

> A lire aussi :  15 juin 2017 marquera la fin des frais d’itinérance dans l’UE

Alors que la fintech jouit d’une large base d’utilisateurs, Kolet mise sur les voyageurs d’affaires et de loisirs pour devenir ambassadeurs de sa solution. “Nous sommes intégrés à Ulysse et à l’API de Resaneo”, poursuit le fondateur de la jeune pousse avant de préciser que trois autres partenariats avec des acteurs du Voyage sont dans les tuyaux. Ainsi, en réservant un séjour via l’un de ces partenaires, le voyageur reçoit une eSIM Kolet sur laquelle est automatiquement crédité 1 Go de données en itinérance offert. 

Vers une tarification intelligente 

Après des années marquées par une situation quasi monopolistique, pourquoi assiste-t-on à l’entrée de nouveaux acteurs sur le marché télécoms ? Il s’agit avant tout d’une évolution technologique puisque la majorité des smartphones dernière génération sont compatibles avec la technologie eSIM.

A terme, Le CEO de Kolet voit dans l’utilisation de l’eSIM l’occasion de bâtir les standards d’une tarification intelligente en matière de données en itinérance dans laquelle l’utilisateur paie uniquement pour les données qu’il consomme. Une ambition de tarification en temps réel qui nécessite toutefois de bénéficier de la même infrastructure réseau qu’un opérateur télécom.

> Lire aussi : Roaming (1/2) : état des lieux