Zahir Abdelouhab (TripActions) : « Nous continuons de regarder activement pour de potentielles acquisitions »

Valorisée à hauteur de 9,2 milliards de dollars suite à sa dernière levée de fonds, la société américaine spécialisée dans la gestion du voyage d’affaires et des dépenses souhaite continuer son expansion en Europe. Zahir Abdelouhab, directeur France de TripActions,fait le bilan de cette année 2022 qui marque la première année d’activité de la TMC en France et revient sur la feuille de route pour 2023. 

Quel est votre bilan fin 2022 après une première année d’activité en France ? 

Zahir Abdelouhab, directeur France Tripactions

Après avoir finalisé notre dernière levée de fonds à hauteur de 300 millions de dollars en octobre dernier, TripActions a atteint 9,2 milliards de valorisation. Nous avons également réalisé pas moins de 4 acquisitions en l’espace de 18 mois, dont Atlanta le mois dernier. En France, les bureaux ont ouvert en janvier 2022 et nous terminons l’année avec une centaine de clients dans notre portefeuille. Nous avons signé avec plusieurs noms de la fintech et des grands comptes comme Ubisoft ou Unilever. Nous sommes sur une dynamique de croissance forte au niveau international. Nous avons survécu à la crise et réussi à convaincre nos investisseurs grâce à notre modèle ce qui nous a permis d’accélérer, même en période de crise. Nous sommes très satisfaits, avons reçu un bon accueil du marché français et nous continuons de mettre l’innovation au cœur de notre stratégie pour améliorer notre solution.

Comment se passe l’intégration de vos récentes acquisitions ? Cela fait-il toujours partie de votre stratégie d’expansion ? 

Concernant les acquisitions de Reed and & Mackay et d’Atlanta nous sommes sur une extension de l’offre puisque nous travaillions déjà avec eux. En revanche, pour Resia AB et Comtravo il s’agit de refonte totale et d’intégration à TripActions. Nous continuons de regarder activement pour de potentielles acquisitions, cela fait partie de notre stratégie d’expansion. Donc oui, nous allons continuer de faire des acquisitions externes. Nous ne sommes pas dans une logique de racheter pour licencier les équipes par la suite mais, au contraire, de garder des talents et des marques fortes qui viennent compléter notre produit.

> A lire aussi : TripActions s’empare de l’espagnole Atlanta

Quelle sera votre feuille de route pour 2023 ? Sur quoi allez-vous vous concentrer ? 

Lors de la réalisation de notre dernière étude en partenariat avec Skift, nous avons pu mettre en avant 3 tendances phares pour 2023. La première concerne l’Expense avec l’avance de notes de frais. Nous nous sommes aperçus qu’au Royaume-Uni, en Allemagne et en France le taux de satisfaction concernant le traitement des notes de frais ne dépasse pas les 30%. Il y a un réel besoin d’avancer sur l’automatisation pour faciliter un traitement et un remboursement rapide pour le collaborateur et pousser la mise à disposition de carte de paiement. En France, ce n’est pas dans la culture d’entreprise mais c’est un vrai atout et il est faux de penser que mettre à disposition une carte va automatiquement augmenter les dépenses de l’entreprise.

> A lire aussi : TripActions finalise une nouvelle levée de fonds et atteint une valorisation hors norme

Le second point porte sur l’inflation et le contexte macro-économique. Nous avons beaucoup de sociétés qui, aujourd’hui, souhaitent optimiser les process et les réévaluer. Sur le T&E, les équipes ont désormais besoin de visibilité en temps réel pour gérer les dépenses certes, mais aussi permettre aux équipes qui ramènent du business de continuer de voyager. Nous souhaitons leur donner la possibilité de mieux gérer les coûts et d’acheter au meilleur prix pour favoriser le déplacement professionnel. Le voyage d’affaires en entreprise reste essentiel et il faut pouvoir fournir une solution avec une expérience utilisateur optimale afin de permettre au collaborateur de voyager dans de bonnes conditions.

Enfin la troisième tendance que nous avons observé est qu’avec la généralisation du télétravail, les équipes sont de plus en plus dispersées au niveau géographique. Venir au bureau une fois par mois c’est aussi du voyage d’affaires ! Cela développe de nouveaux usages et il faut pouvoir y répondre.

Pour y parvenir allez-vous continuer de renforcer vos équipes ? Ouvrir de nouveaux marchés en Europe ou travers le monde ? 

Pour l’année 2023 nous allons continuer d’étendre massivement les équipes en recrutant en Allemagne, en Angleterre et en France afin d’essayer d’atteindre des objectifs encore plus ambitieux sur le marché européen en étendant la base clients et en améliorant la solution. Sur les autres marchés, nous continuons de regarder vers l’Europe du sud, notamment l’Espagne qui est un marché qui nous sollicite régulièrement et qui est très mature et bien plus friand de cartes corporates que la France. Sur l’Asie, nous attendons que le marché du voyage d’affaires se décongestionne mais c’est une plaque à qui l’on s’adressera sans aucun doute. Nous avons déjà quelques comptes là-bas comme Netflix.