Contrôleurs aériens : les grévistes bientôt obligés de prévenir 48h à l’avance ?

La France est souvent pointée du doigt par ses voisins européens pour les très nombreuses grèves de ses contrôleurs aériens. Pour améliorer l'information aux passagers et éviter la désorganisation du ciel européen lors des conflits, les sénateurs veulent mettre en place une obligation de déclaration individuelle de grève au moins 48 heures à l'avance pour les aiguilleurs du ciel.

Dans un récent rapport le sénateur Vincent Capo-Canellas pointait du doigt que le contrôle aérien français était responsable de 33% des retards européens. Autre mauvais point pour l'Hexagone : ses aiguilleurs du ciel totalisent 254 jours de grève sur la période 2004-2016, soit 5 fois plus que la Grèce seconde de ce classement peu glorieux (46 jours).

Face à ce constat alarmant qui impacte le trafic aérien et fait grincer des dents les compagnies aériennes européennes, les Sénateurs ont adopté en première lecture un texte imposant aux contrôleurs aériens une obligation de déclaration individuelle de grève au moins 48 heures à l'avance.

Pour l'auteur de la proposition de loi,  Joël Guerriau, sénateur de Loire-Atlantique (Les Indépendants), ce dispositif - semblable à celui appliqué au personnel des compagnies aériennes - donnerait une meilleure visibilité du nombre de grévistes avant une action. Ces informations permettraient entre autres d'améliorer les informations données aux voyageurs.

Le texte voté par les sénateurs le 12 décembre doit désormais être envoyé en première lecture à l'assemblée nationale. Il n'est ainsi qu'au début d'un long processus législatif...