Grève SNCF : la FNAUT réclame la possibilité de suspendre les abonnements au TER

La Fédération nationale des associations d'usagers des transports (Fnaut) s'inquiète franchement de la grève en pointillés qui s'annonce à la SNCF et s'adresse dans une lettre ouverte au Premier ministre Edouard Philippe pour l'alerter sur la situation des voyageurs pendant cette période.

Dans sa lettre ouverte au Premier ministre Edouard Philippe, la FNAUT considère que "les dispositions actuelles du code des transports sur l'organisation de la continuité du service public en cas de perturbation prévisible du trafic sont mal appliquées ou insuffisantes". Certes, la loi impose que le plan de transport adapté soit communiqué aux usagers au plus tard 24 heures avant le début de la perturbation, mais selon la Fédération, "Force est de constater que pour le transport ferroviaire cette information est, en général, délivrée la veille de la perturbation aux environs de 17h00, ce qui ne correspond pas à l'exigence légale", déplore-t-elle. Elle considère que cette information tardive empêche les voyageurs d'organiser leurs déplacements dans des conditions satisfaisantes.

La Fnaut souhaite que "Le code des transports impose aux conventions TER, en cas de grève, de prévoir la possibilité pour les abonnés de suspendre facilement et immédiatement leur abonnement" et que soit mis en place "des dédommagements forfaitaires automatiques et proportionnels au nombre de jours de grève".

La Fédération souhaite avoir des assurances sur les tarifs de la SNCF pendant les épisodes de grèves "même s'il y a plus de monde qui prend ses billets au dernier moment", a par ailleurs indiqué à l'AFP Bruno Gazeau, président de la Fnaut.