Laurent Abitbol : « Non, Amex GBT n’entre pas au capital d’Havas Voyages »

Il est formel et le clame haut et fort : "Amex GBT n’entre pas au capital du groupe Marietton". Une réaction qui fait suite à la publication d’un article chez notre confrère La Quotidienne qui affirmait que l’affaire était faite et devait être signée dans les premiers jours de juin. Depuis, le texte a été supprimé du site.

C’est la seconde fois que Laurent Abitbol monte au créneau pour démentir des informations économiques qui l’agacent. La première, livrée par les Echos en octobre dernier, annonçait un nouveau tour de table au sein de l’entreprise lyonnaise… Et ce, en dehors de la famille de Laurent Abitbol (aujourd'hui env. 37% des parts). Démenti. Deuxième info démentie, l'arrivée d'Amex GBT dans le groupe, avec la volonté semble t-il d'ingurgiter la partie Affaires du groupe Marietton, autrement dit Havas Voyages. Nouveau démenti. Le patron du groupe reste droit dans ses bottes et précise : "Un nouvelle LBO est actuellement en cours comme tous les quatre ans avec un changement de fonds d’investissement par un autre. Nous restons à la tête du groupe". On ne remplace pas un partenaire bancaire par une TMC, c'est une évidence.

Fin de l’histoire. Il reste qu'en analysant un peu les acteurs, l’idée était pourtant loin d’être stupide. Pour American Express GBT qui modifie sa stratégie commerciale tous les cinq ans, le retour vers les PME-PMI que maîtrise parfaitement Havas voyage est un objectif loin d’être inintéressant en France. De son côté, Havas voyage est fortement endettée et l’arrivée d’un actionnaire comme Amex GBT peut se révéler un atout dans la consolidation du marché des PME/PMI. Une cohabitation difficile à gérer en raison de la culture très différente des deux groupes… Mais pourquoi pas. Là où le bât blesse sérieusement, c’est que les deux entreprises disposent en propre de leurs outils technologiques. Amex GBT veut poursuivre le développement de KDS en France alors qu’Havas Voyages a fait le choix de Maya, développé par iAlbatros, mais déjà intégré au sein de Sodexo qui présentera officiellement son offre le 5 juin prochain.

Même si Laurent Abitbol le refuse, l’idée de ce rapprochement donnerait du sens. Pas certain qu’il le reconnaisse d’autant qu’il manage avec talent le groupe et sa place de président du réseau Selectour vient conforter son positionnement sur le marché des PME-PMI. Avec le groupement ASHA (le GIE créé entre Selectour et Havas Voyages), il sait qu’il peut prendre une place prépondérante sur le marché des PME/PMI. Mais qui sait, à deux on est toujours plus fort ?

Au-delà, les conditions financières d’Havas Voyages pour les PME-PMI, associées à la proximité des agences est un atout gigantesque pour qui veut s’implanter sur ce tissu économique du Mid Market. Amex le sait et continue à regarder les agences qu’elle pourrait agréger à son offre. La récente acquisition d’HRG vise principalement à compléter le marché américain. En Europe, HRG ne dépasse pas les 10 % de parts de marché. Intéressant certes, mais insuffisant pour Amex qui a fait beaucoup mieux ces dernières années. Faut-il alors regarder vers les entreprises intermédiaires comme FFT Paris, TravelPlanet ou Voyage Expert ? Difficile d’y croire en l’état du marché.