Location de voitures, pourquoi Virtuo inquiète les loueurs traditionnels

Présentée et lancée au printemps dernier, Virtuo commence sérieusement à inquiéter les loueurs traditionnels de voiture. Et pour cause, un téléphone suffit pour accéder à son véhicule… généralement disponible au plus près de l’utilisateur. Un service testé avec bonheur et qui a séduit quelques solides investisseurs comme Xavier Niel.

Virtuo,, c’est un peu l’Uber de la location de voiture. Pas la peine de se rendre dans une agence, un smartphone suffit pour réserver et récupérer sa voiture. Concrètement, le locataire enregistre sa photo, celle de son permis (au moins 3 ans d’ancienneté) et donne ses coordonnées bancaires. Voilà, la voiture est réservée et disponible, le tout en quelques secondes uniquement via l’application que l’on peut télécharger pour iOs et Android. Notons qu’une version Apple Watch est également proposé pour la gestion, au poignet, du véhicule .

Une fois la voiture réservée, un bouton de déverrouillage s’affiche à l’écran, permettant d’ouvrir la voiture et de la démarrer. L’application guide l’utilisateur jusqu’à la voiture et lui permet d’établir, toujours en photo, le tour du véhicule pour constater l’absence ou non de défauts de carrosserie. Toutes les datas sont alors envoyées en temps réel chez le loueur qui, à la restitution, vérifiera l’état général de la voiture.

Disponibles dans les gares parisiennes ainsi que dans plusieurs parkings de la capitale, les voitures proposées par Virtuo sont généralement des berlines de qualité (Mercédès à partir de 49 €). La jeune entreprise est également présente sur l’aéroport de Nice et envisage l’ouverture de nouveaux points dans les premiers mois de 2017.