Hertz se déclare en faillite

Après avoir licencié 10 000 employés début avril (25% de ses effectifs), le loueur automobile qui affiche une dette dépassant les 17 milliards d’euros vient de se déclarer en faillite. Cette mesure ne concernerait pas, pour le moment, les filiales européennes.

- Publicité -

Comme nous vous l’annoncions dès le 30 avril, Hertz se préparait à une faillite, n’ayant pu honorer une échéance de 400 millions de dollars sur le financement de sa flotte. Le loueur espérait trouver une solution avec ses créanciers mais la rencontre de vendredi dernier n’a abouti sur aucun accord.

Le géant de la location de voitures dont le siège social est en Floride et qui détient aussi les marques Dollar et Thrifty, a pris de plein fouet la fermeture des aéroports. Ceux-ci représentent, selon le Financial Times, les deux tiers du chiffre d’affaires des firmes de location aux Etats-Unis et en Europe.

L’entreprise, qui détient 700 000 véhicules et 12 000 agences franchisées dans le monde, n’avait plus d’autre choix que de se placer sous la protection de la loi sur les faillites qui permet de contenir ses créanciers et qui n’est pas une procédure de liquidation. La faillite concerne uniquement, pour le moment, les activités de Hertz aux Etats-Unis et au Canada.