Sécurité : la crise sanitaire n’a pas que des effets sanitaires (2/5) – L’Amérique

International SOS vient de publier un livre blanc intitulé « Covid-19 et sécurité dans le monde » répertoriant les implications sociales, politiques et économiques induites par la crise sanitaire. Nous reprenons, dans ce premier compte-rendu, les principales analyses concernant le continent américain.

Points clés

  • La crise COVID-19 devrait frapper particulièrement l’Amérique latine, le Fonds monétaire international (FMI) prévoyant une contraction de 9 % de son économie – sa pire récession jamais enregistrée. Les pays les plus touchés sur le plan économique sont l’Argentine, la Bolivie, l’Équateur, le Mexique et le Pérou.
  • Dans certains pays, comme le Mexique et le Brésil, la pandémie a mis en évidence l’incapacité des États à soutenir leurs communautés les plus vulnérables, permettant aux bandes criminelles organisées d’étendre leur influence en apportant de l’aide et en faisant respecter l’ordre, modifiant ainsi la dynamique locale en matière de sécurité.
  • La pandémie a également alimenté les divisions politiques. Aux États-Unis, le risque de violence à motivation politique autour des élections générales de novembre a augmenté en raison de l’influence croissante des idéologies marginales, de la circulation de la désinformation et de la rhétorique de division dans l’espace politique.

Criminalité au Mexique

Les premières phases de la crise ont vu une baisse des taux de criminalité dans la plupart des pays de la région, car de nombreux gouvernements ont mis en place des restrictions de mobilité strictes. Cependant, les groupes criminels organisés ont diversifié leurs activités illicites avec un certain succès, comme au Mexique.

Les statistiques publiées par le système national de sécurité publique mexicain (SNSP) ont enregistré 17 982 homicides entre janvier et juin 2020, soit une augmentation de 1,9 % par rapport à la même période en 2019. Le rapport du SNSP a noté que la plupart des régions qui ont connu des niveaux élevés de violence étaient des zones où les cartels/groupes criminels organisés étaient particulièrement actifs. Les conflits entre les groupes rivaux qui se disputent le contrôle du territoire et les revenus provenant d’activités illégales continueront à faire augmenter les niveaux de criminalité violente dans le pays à moyen terme.

À mesure que les restrictions liées à COVID-19 s’assouplissent, on peut s’attendre à ce que la pression économique résultant de la crise sanitaire se traduise par une augmentation de la petite criminalité et de la criminalité opportuniste. Les activités criminelles allant des escroqueries et du phishing en ligne, ciblant des utilisateurs individuels, aux cybercrimes financiers plus étendus axés sur les entreprises et les banques resteront également une préoccupation, car les contraintes de mobilité liées à la pandémie nécessitent un recours accru aux solutions à distance pour la continuité des activités.

Troubles politiques en Amérique latine

L’une des conséquences de la pandémie et des restrictions qui y sont associées a été la diminution des troubles antigouvernementaux en Amérique latine. Toutefois, les conséquences négatives de la pandémie sur l’économie et la sécurité à moyen et long terme devraient entraîner une reprise des manifestations qui pourrait se traduire par des troubles et remettre en question les gouvernements en conflit en Bolivie et en Haïti. Des manifestations sporadiques et indisciplinées à propos des restrictions, des pénuries d’approvisionnement ou des demandes de soutien accru des gouvernements pendant la pandémie ont eu lieu en Colombie, au Mexique, au Salvador et au Honduras.

Le cas « Bolsonaro »

Au Brésil, la rhétorique agressive du président Jair Bolsonaro et son apparente résistance aux mesures communément acceptées pour lutter contre la propagation de COVID-19 ont alimenté les divisions et suscité des critiques, compte tenu du nombre élevé de cas enregistrés dans le pays – le deuxième de la région après les États-Unis. La réponse du gouvernement fédéral à la crise sanitaire a déclenché de nombreuses manifestations, mais surtout pacifiques, ces derniers mois dans la capitale Brasilia et dans d’autres grands centres urbains. Les révélations concernant le détournement présumé par des fonctionnaires de fonds destinés à l’achat d’équipements en rapport avec la pandémie vont probablement alimenter d’autres manifestations à court et moyen terme. L’incertitude politique découlant de la suspension ou du report des élections en raison de la crise sanitaire risque d’accroître le sentiment antigouvernemental.

Des élections reportées

En Bolivie, un gouvernement intérimaire reste en place suite au report des élections nationales à octobre 2020 en raison de la pandémie. Ce report fait suite à des troubles civils généralisés liés à des résultats électoraux contestés qui ont conduit au départ du président de l’époque, Evo Morales, fin 2019. Les élections ont été reportées à trois reprises jusqu’à présent, ce qui a suscité des protestations et des barrages routiers de la part du Mouvement pour le socialisme (MAS) et d’autres mouvements sociaux qui tentent de déstabiliser le gouvernement intérimaire. Un autre report alimenterait des troubles accrus, bien qu’il soit peu probable que le gouvernement de transition soit démis de ses fonctions par la force.

En Haïti, les élections parlementaires prévues pour octobre 2019 n’ont pas eu lieu en raison de l’absence d’une loi électorale. Le président Jovenel Moise n’a toujours pas fixé de date pour les élections en retard, alors même que des éléments de l’opposition continuent de réclamer sa destitution et la mise en place d’un gouvernement de transition. M. Moise pourrait tenter de combiner les scrutins avec la prochaine élection présidentielle, prévue vers février 2021. Si les manifestations anti-Moise se sont atténuées pendant la pandémie, la frustration croissante face à la situation politique, les pénuries intermittentes de carburant et de produits de base, et l’insécurité croissante liée à la violence croissante des gangs vont accroître le potentiel de troubles politiques à court et moyen terme.

Divisions politiques aux Etats-Unis

Les États-Unis ont été gravement touchés par la pandémie ; à la mi-septembre 2020, le pays enregistrait le plus grand nombre de cas de COVID-19 et de décès au monde. Début septembre, le taux de chômage du pays s’élevait à 8,4 %, contre 3,5 % en février. Les ordonnances de maintien à domicile, la fermeture des lieux de rencontre et la crainte de la contagion ont conduit à un isolement accru, qui a favorisé la désinformation et la croissance des croyances marginales – en particulier chez les individus et les groupes qui ont toujours été sceptiques face à la perception d’un gouvernement trop ambitieux. Les divisions politiques aiguës, alimentées par les controverses successives sur la gestion de la pandémie par le gouvernement et une campagne de protestation sans précédent contre les brutalités policières, ont accru le risque de violence politique à l’approche des élections générales qui se sont déroulées le 3 novembre dernier.

Les autres articles de cette série :

  • L’Afrique
  • Asie-Pacifique (à paraître)
  • Europe (à paraître)
  • Moyen-Orient (à paraître)