#IFTM2019 – Le trafic « business » de la SNCF sur de bons rails

La SNCF affiche sa satisfaction pour 2019 et son optimisme pour 2020… Le train se porte bien sur fond d’aspirations écologiques.

- Publicité -

Entre 2018 et 2019, le trafic SNCF global a crû de 15 % et l’augmentation de son trafic « business » s’établit au même étiage. Un chiffre spectaculaire qui, reconnaît Olivier Pinna, directeur Entreprises et Agences de voyage, « comporte un phénomène de rattrapage dû aux grèves de 2018 ». N’empêche, pour la clientèle Affaires, indépendamment de cet effet catch-up, il estime que la hausse s’élève à 8 %.

Les causes principales de ces bons résultats sont au nombre de trois. Un bon climat économique, d’abord. Et, ajoute Olivier Pinna, un fond de l’air particulièrement favorable aux aspirations écolo que le train est censé satisfaire. Comment cette volonté de se déplacer vertueusement se mesure-t-elle ? « Sur des déclarations d’intention avant tout. Mais également par du passage à l’acte. Notre client, la Banque de France, vient d’imposer à ses collaborateurs d’utiliser le train quand la ligne existe et que le trajet est inférieur ou égal à 3h30 ».

Enfin, cet engouement serait aussi la traduction d’une forte approbation de la politique tarifaire de la SNCF en direction de la clientèle business. A titre individuel, la Carte Liberté, avec 100.000 unités vendues depuis son lancement séduit les voyageurs fréquents au premier rang desquels les business travelers. Mais ce sont les adhésions au Contrat Pro qui ont connu le plus vif succès. Cette offre gratuite et sans engagement a été pensée pour répondre aux besoins des PME. En donnant un accès exclusif au tarif full flex Pro 2nde, en proposant une réduction de 5 % sur la Business Première et 20 € sur la Carte Liberté, elle répond vraisemblablement à un vrai manque puisque le nombre d’entreprises adhérentes à été multiplié par 5 en un an.

La rencontre avec le public business se fait aussi sur la gamme de services dite Business Première, une sorte d’offre premium en 1ère classe. Au programme : une flexibilité tarifaire maximum, un accès express avec file prioritaire dans 14 gares, la presse et une boisson offertes à quai, un accès aux salons Grands voyageurs.

Et l’avenir ? Il passe, pour la clientèle Affaires par une amélioration de ces services. La campagne de rénovation de salons Grands voyageurs illustre cette stratégie. L’appli TGV INOUI Pro, qui a connu de sérieux ratés à sa mise en service, est en phase de refonte express. Réparée, certes, mais aussi boostée avec une nouvelle fonctionnalité disponible fin 2019, le Seatmap, qui offre la possibilité de choisir sa place au moment de l’échange. L’offre Lyria vers la Suisse va faire l’objet d’un effort particulier dès la fin 2019 : plus de fréquences, un réseau wi-fi sur tout le trajet…

Mais l’axe de progression principal doit encore être évoqué au conditionnel – car il demande à être entériné – et au futur proche – un horizon de 18 à 24 mois. Il s’agit de la fusion Eurostar / Thalys. L’union entre les deux entités ouvrirait de nouvelles flexibilités, de nouvelles fréquences vers les destinations business que sont Londres et le Benelux. De nouvelles offres sur lesquelles capitaliser à l’image de ce qui s’est fait dernièrement lors de l’inauguration de la LGV entre Paris-Bordeaux : avant elle (début 2017), la SNCF séduisait 40 % de la clientèle business voyageant entre les deux villes ; ce taux est aujourd’hui de 70 %.