Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Un train à grande vitesse entre Heathrow et Gatwick pour lutter contre la saturation ?


Le trafic de l’aéroport d’Heathrow est saturé. Et alors que le gouvernement prend son temps pour trouver une solution, de nombreux acteurs du monde aérien et de l’économie diffusent leurs idées dans les médias. Emirates propose ainsi une levée du couvre-feu, Qatar Airways voudrait une troisième piste et le maire de Londres milite pour un nouvel aéroport. Le Secrétaire d’État à la Défense, Philip Hammond, choisit pour sa part et dans les colonnes du Telegraph du 22 octobre le développement d’une liaison ferroviaire à grande vitesse entre Heatrow-Gatwick.



Un train à grande vitesse entre Heathrow et Gatwick pour lutter contre la saturation ?
Pour le Secrétaire d’État à la Défense Philip Hammond, qui a aussi été Secrétaire d’État aux Transports jusqu’à l’année dernière, la solution pour contrer la saturation de l’aéroport d’Heathrow ne passe pas par de nouvelles constructions aériennes mais ferroviaires. Il propose de relier la 1ère plate-forme de la capitale à la seconde installation londonienne, Gatwick. «Je pense depuis longtemps que la réponse est un hub entre les deux sites, avec un service de navette rapide entre Heathrow et Gatwick», a-t-il expliqué au journal le Telegraph. Des experts qui se sont déjà penchés sur ce dossier par le passé ont estimé l’enveloppe des investissements à 5 milliards de livres. Le trajet prendrait 15 minutes, et même 10 minutes si la voie est équipée des trains à grande vitesse de dernière génération, selon le politicien.
Le Secrétaire d’État profite des pages du journal pour préciser qu’il ne préconise pas l’ouverture d’une troisième piste, craignant une trop grande augmentation des nuisances sonores pour les riverains. Il rejette également l’idée d’un nouvel aéroport. Pour lui, ce serait un dossier trop coûteux qui entraînerait la fermeture de Heathrow, endommageant l’économie de l’ouest de Londres.
Une navette entre les deux aéroports pourrait en effet être intéressante si Gatwick - également au bord de la saturation - obtient de son coté l’autorisation de construire la nouvelle piste qu'il réclame.