Accueil La Chronique Achats De Yann Le Goff

La Chronique Achats De Yann Le Goff

Stratégie : Faut-il privilégier le best buy ou collectionner les accords corporate ?

En achat, faut-il appliquer une politique d’opportunisme ou de partenariat ? Tout dépend de vos objectifs, de la maturité de votre organisation et de celle de vos voyageurs

L’économie du partage est-elle viable ?

Les nouvelles technologies ont eu un impact majeur sur la vie quotidienne des voyageurs. Elles ont donné naissance à des services qui permettent de mettre à mal le constat qui dit que rien ne bouge depuis 15 ans dans le monde des voyages professionnels. Parmi tous les secteurs du marché, l’hébergement est celui qui a le plus évolué.

Ne pas déranger…?

On ne compte plus les conférences et les débats sur le NDC et pourtant rien n'avance réellement. Est-ce un mal Français ou bien une tendance générale ?

Le silence pesant des associations

Jean-Louis Baroux, expert reconnu dont les chroniques ne laissent jamais nos lecteurs indifférents, a commenté le discours de Madame la Ministre des transports réalisé en clôture des Assises du Transport Aérien. Ce retour a le mérite de donner un point de vue d’expert, de poser des questions pertinentes et d’avancer des hypothèses. Mais cette réaction est bien isolée et c’est regrettable.

Un voyageur refuse d’embarquer à bord d’un 737 MAX

L’actualité vient de nous rappeler la fragilité de l’équilibre qui rend le transport aérien si sûr. Mais faut-il craindre de prendre l’avion plus qu’avant cet événement tragique ? La réponse est naturellement non car aucune partie ne prendra le risque de mettre sciemment la vie des passagers mais également l’économie de sociétés ou d’un pays en danger (pour rappel, Boeing est le premier exportateur des Etats-Unis). Mais comment réagir face à un voyageur qui refuse de prendre un vol assuré par un 737 de la famille MAX ?

Le risque, ça s’assure et se prépare

Voyager expose le voyageur à des risques sanitaires, financiers, sécuritaires… Pas besoin d’aller au bout du monde ou dans des contrées en voie de développement pour s’exposer au risque car il est présent du départ à l’arrivée. Voici donc quelques conseils basiques qu’il est toujours bon de rappeler…

Les tendances du dernier BTS pré-Brexit

Tous les acteurs des déplacements d’affaire nous promettent depuis plus de dix ans, des outils, des prestations et surtout, une expérience client maximisée. Certes, des choses ont bougé mais elles ne sont pas au niveau de la révolution annoncée.

L’expression des besoins : clé de voûte d’une réussite commerciale.

Trop de systèmes et de solutions naissent mort-nés car ils ne répondent pas aux besoins ou aux capacités techniques du marché. En clair, il est impératif, avant de lancer un projet, de prendre en considération les demandes des clients (utilisateurs, voyageurs, travel managers, acheteurs…) mais également les impératifs et les limitations imposées par l’avancée technologique des prestataires et des fournisseurs.

Contrat corpo ou pas ?

Beaucoup d’entre vous me demandent s’il est opportun de faire un contrat corporate avec un fournisseur (hôtelier, transporteur aérien, loueur…) ou s’il faut passer par un agrégateur. Eh bien la réponse n’est pas aussi simple que cela et dépend majoritairement de votre volume, de vos routes et surtout de votre façon de voyager.

Quelle est la valeur d’un BTS à Londres ?

Non, je ne parle pas du diplôme Français mais bien du Business Travel Show qui, cette fois encore, sera le barycentre du monde des déplacements professionnels. Montrant toujours des innovations majeures, il sera important de se rendre au BTS de Londres (les 20 et 21 Févriers 2019), ou du moins de s’intéresser à ce qui sera présenté, car cet événement est l’un des plus importants rassemblements de fournisseurs mais aussi d’acheteurs de déplacements professionnels.
- Publicité -